Marchés français ouverture 6 h 37 min
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,63 (-1,50 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,95 (+0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    29 550,79
    +584,78 (+2,02 %)
     
  • EUR/USD

    1,2095
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    0,00 (0,00 %)
     
  • BTC-EUR

    38 088,44
    -608,62 (-1,57 %)
     
  • CMC Crypto 200

    920,23
    -12,91 (-1,38 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     

Radio France : les radios privées ne veulent pas du déplafonnement de la pub

Source AFP
·1 min de lecture
La Maison de la radio, à Paris, qui abrite le siège de Radio France.
La Maison de la radio, à Paris, qui abrite le siège de Radio France.

Les radios privées affichent leur désaccord avec un projet de déplafonnement des recettes publicitaires de Radio France. Lundi 1er février, le Bureau de la radio (organisation dont font partie RTL, NRJ, RMC et Europe 1), le SIRTI (syndicat des radios indépendantes), ainsi que Radio Classique et Skyrock ont pourfendu dans un communiqué commun une « remise en cause des équilibres du marché publicitaire radiophonique ».

Dans leur viseur, le nouveau contrat d'objectifs et de moyens (COM) de Radio France, un texte en cours de finalisation qui définit des orientations stratégiques et budgétaires pour la période 2020-2022. Or le projet de COM qui a été récemment soumis pour avis à des commissions parlementaires et au CSA « supprime totalement le plafond annuel de recettes commerciales » de Radio France, « ouvrant ainsi la porte à un accès quasi illimité du service public à la publicité », s'insurgent les radios privées.

Un plafond régulièrement dépassé

Pour celles-ci, si cette mesure était actée, le gouvernement renierait les engagements pris par l'État en 2016, lorsque Radio France avait été autorisée à diffuser des publicités à caractère commercial sur certaines de ses antennes, avec l'instauration à l'époque « d'un montant annuel maximal de recettes publicitaires » fixé à 42 millions d'euros. Elles craignent qu'en faisant sauter ce plafond le service public n'augmente ses recettes à leur détriment. Et ce, soulignent les radios privées, alors même qu'elles subisse [...] Lire la suite