La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 169,41
    +3,69 (+0,06 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 978,84
    +1,01 (+0,03 %)
     
  • Dow Jones

    33 800,60
    +297,03 (+0,89 %)
     
  • EUR/USD

    1,1905
    -0,0016 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    1 744,10
    -14,10 (-0,80 %)
     
  • BTC-EUR

    49 996,52
    -1 452,57 (-2,82 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 235,89
    +8,34 (+0,68 %)
     
  • Pétrole WTI

    59,34
    -0,26 (-0,44 %)
     
  • DAX

    15 234,16
    +31,48 (+0,21 %)
     
  • FTSE 100

    6 915,75
    -26,47 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    13 900,19
    +70,88 (+0,51 %)
     
  • S&P 500

    4 128,80
    +31,63 (+0,77 %)
     
  • Nikkei 225

    29 768,06
    +59,08 (+0,20 %)
     
  • HANG SENG

    28 698,80
    -309,27 (-1,07 %)
     
  • GBP/USD

    1,3706
    -0,0029 (-0,21 %)
     

Racisme et Unef: quand une partie de la gauche détruit la gauche toute entière

·2 min de lecture

EDITO - L'affaire de l’Unef est désormais à l’épicentre de toutes les divergences des gauches, non pas politiques, mais culturelles et historiques.

Poussée dans ses retranchements par la journaliste Sonia Mabrouk au micro d’Europe1, , présidente de l’Unef - le syndicat historique de la gauche estudiantine, si impliqué jadis dans la mobilisation contre la guerre d’Algérie et le colonialisme, aux premières loges ensuite de la révolte soixante-huitarde -, la "cheffe" de ce syndicat inscrit jusque-là au cœur de toutes les batailles de la gauche, a donc fini par reconnaître que des réunions internes à son organisation étaient désormais organisées sur un mode "non mixte et racisé", c’est-à-dire "unisexe" et (ou) "unirace". Par exemple, des militantes noires entre elles "pour mieux exprimer, argue-t-on à l’Unef, leur mal être". Ce à quoi le ministre de l’Education a réagi avec solennité, avec des mots forts : "Ce sont des réunions racistes et profondément scandaleuses. Ceux qui se prétendent progressistes et distinguent les gens en fonction de la couleur de leur peau nous mènent vers des choses qui ressemblent au fascisme". La maire de Paris, Anne Hidalgo, possible candidate social-démocrate à l’élection présidentielle 2022, si elle n’est pas "montée" aussi fort, n’en a pas moins exprimé une condamnation sans équivoque de "pratiques très dangereuses".

Voilà qui est dit.

Crise idéologique

Voilà qui exprime fort bien une conviction partagée par bien des Français, une conviction fidèle à la gauche. La gauche universaliste, la gauche qui, toujours, s’est mobilisée pour combattre toutes les formes de ségrégation et de racisme.

Voilà surtout qui aiguise davantage encore la crise idéologique qui taraude la gauche française coupée en deux, précisément entre les universalistes et les "identitaires". Nous avions certes constaté que les "identitaires" encerclaient la droite et servaient de boussole idéologique à l’extrême-droite. Cela reste vrai, mais nous avions trop négligé cette extrême-gauche, elle aussi "identitaire", tendant à gouverner d’une main de fer la plupart des sciences sociales. Dans ce contexte d’opposition fron[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi