Marchés français ouverture 58 min
  • Dow Jones

    31 402,01
    -559,85 (-1,75 %)
     
  • Nasdaq

    13 119,43
    0,00 (0,00 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • EUR/USD

    1,2151
    -0,0036 (-0,29 %)
     
  • HANG SENG

    29 113,77
    -960,40 (-3,19 %)
     
  • BTC-EUR

    38 060,33
    -3 688,05 (-8,83 %)
     
  • CMC Crypto 200

    921,22
    -11,92 (-1,28 %)
     
  • S&P 500

    3 829,34
    -96,09 (-2,45 %)
     

Rachat de Suez : la justice donne raison à Veolia

Source AFP
·1 min de lecture
Veolia a lancé une OPA hostile sur les 70,1 % du capital de Suez qu'il ne possède pas (illustration).
Veolia a lancé une OPA hostile sur les 70,1 % du capital de Suez qu'il ne possède pas (illustration).

C'est un nouveau rebondissement dans le duel qui oppose ces dernières semaines Veolia et Suez. Le tribunal de commerce de Nanterre, qui avait ordonné à Veolia de suspendre son OPA sur Suez, a finalement fait marche arrière. Il s'est déclaré incompétent dans cette affaire et l'a renvoyée devant le tribunal de commerce de Paris, selon une décision datée de mardi consultée par l'Agence France-Presse.

Veolia a lancé le 8 février une OPA hostile sur les 70,1 % du capital de Suez qu'il ne possède pas, pour 7,9 milliards d'euros au total. Le géant de l'eau et des déchets détient déjà depuis octobre 29,9 % du capital de son concurrent, vendus par l'énergéticien Engie. Mais le tribunal de commerce de Nanterre avait le même jour ordonné à Veolia de suspendre toute OPA contre Suez, dans l'attente d'un débat au fond sur ses précédents engagements d'amicalité. Veolia avait pour sa part fait valoir que « son siège social est domicilié dans le ressort du tribunal de commerce de Paris », rappelle la décision publiée mardi, qui retient donc cet argument. Suez est par ailleurs condamné à payer plusieurs milliers d'euros à son concurrent et à Engie, au titre des frais de justice.

Un « super champion français »

La direction de Suez s'oppose au projet de fusion, synonyme selon elle de casse sociale et industrielle. La bataille entre les deux champions français du secteur, qui dure depuis l'été dernier, est émaillée de nombreux recours juridiques. Dans un marché mondial de plus en [...] Lire la suite