La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 303,17
    -633,87 (-2,05 %)
     
  • Nasdaq

    13 270,60
    -355,47 (-2,61 %)
     
  • Nikkei 225

    28 635,21
    +89,03 (+0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,2117
    -0,0052 (-0,42 %)
     
  • HANG SENG

    29 297,53
    -93,73 (-0,32 %)
     
  • BTC-EUR

    25 855,27
    -1 060,05 (-3,94 %)
     
  • CMC Crypto 200

    628,91
    -11,01 (-1,72 %)
     
  • S&P 500

    3 750,77
    -98,85 (-2,57 %)
     

Rachat de Soufflet par InVivo: les secrets d’un deal à 2 milliards d'euros

·2 min de lecture

Le rachat du N°1 mondial des céréales, le français Soufflet par la coopérative Invivo, pour plus de 2 milliards d’euros, crée un géant de 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires. L'objectif: profiter de la soif mondiale pour… la bière. Les secrets d’un des plus gros deals de l’année.

Yvonne doit se retourner dans sa tombe. Yvonne, c’était la grand-mère Soufflet, décédée il a quelques années. Elle incarnait cette génération dure à la tâche, née dans cette champagne pouilleuse, loin des vignes de la champagne "à bulles" et de ses richesses. Avec son mari, Jean, elle avait travaillé dur pour faire grandir leur modeste entreprise de négoce de blé. Elle n’aurait jamais imaginé que son petit-fils, Jean-Michel, vendrait un jour ce patrimoine familial, , à une coopérative de paysans, comme InVivo.

Lorsque la famille, en 1957, confie les rênes du petit groupe champenois à Michel Soufflet -père de Jean-Michel- il n’a que 26 ans. "J'étais chauffeur, j'étais l'homme à tout faire, j'étais le bouche-trou. On n'était pas beaucoup à l'époque, on était sept", se souvient-il. Aujourd'hui, le groupe a mille fois plus de collaborateurs. Car le jeune Michel a en tête des rêves qu’on trouve alors totalement farfelus: exporter. Mais bientôt il fait construire un silo à Rouen, pour mieux organiser l’export, puis ouvre des filiales à l’étranger, d’abord en Grande-Bretagne, puis, dans les années 1990, dans ces pays (Brésil, Russie, Inde, Chine…) qu’on dit alors émergents.

Alwar, en Inde, tombe dans son escarcelle, comme la malterie de Shobnall, en Grande-Bretagne… Le groupe, au passage, croque quelques petites sociétés françaises comme le boulanger industriel Neuhauser et la chaine de restauration rapide Pomme de Pain. Mais elles pèsent peu dans le chiffre d’affaires et encore moins dans les bénéfices. L’activité boulangerie industrielle pèse moins de 400 millions d’euros et est à redresser. Pour Marc Auclair, directeur général du groupe, "cela fait dix ans que le chiffre d'affaires de Neuhauser diminue chaque année. Mais, les ventes se sont stabilisées". En 2001, Michel (87 ans aujourd’hui) se retire pour présider le conseil de surveillance. C’est donc son fils, Jean-Michel, qui a signé –ou plutôt qui va signer- le rapprochement avec InVivo.

Une coopérative très r[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi