Marchés français ouverture 59 min

Rachat d’actions : le scandale financier qui couve aux États-Unis

Le secteur aérien traverse sa plus grande crise depuis le 11-Septembre, cloué au sol à cause de l’épidémie de coronavirus. Sans un soutien massif des États, la quasi-totalité des compagnies aériennes seront en faillite d’ici une poignée de semaines. American Airlines, United Airlines et Delta Air Lines ont ainsi estimé que l'industrie avait besoin de 25 milliards de dollars de subventions et de 25 milliards de dollars de prêts et allègements fiscaux pour survivre. Elles réclament aussi un allègement des charges jusqu'à au moins fin 2021, qui pourrait s'élever à des dizaines de milliards de dollars.

Dès lors, certaines voix s’élèvent dans les rangs des parlementaires américains pour souligner le comportement irresponsable des dirigeants de ces compagnies. Les quatre plus grosses compagnies (Delta, American, Southwest et United) ont collectivement dépensé 39 milliards de dollars pour racheter leurs propres actions lors des cinq dernières années, selon S&P Dow Jones Indices, une société américaine qui fournit des données financières. Ces opérations ont été réalisées à partir de leur trésorerie, celle qui manque cruellement aujourd’hui.

“Nous avons dit au Congrès que tout financement destiné à l'industrie aéronautique devait être assorti de règles strictes", a déclaré Sara Nelson, présidente de l'Association of Flight Attendants, un syndicat de personnels navigants. “Il n’y aura pas d'argent public pour les bonus du P-DG, les rachats d'actions ou les dividendes”, a-t-elle précisé. “Si autant d’argent public est mobilisé, alors cela devrait inclure une interdiction de rétablir les rachats d’actions”, a tweeté la représentante démocrate Alexandria Ocasio-Cortez.

>> À lire aussi - Des nationalisations sont envisageables, annonce Bruno Le Maire

>> À lire aussi - Les compagnies aériennes ont besoin d’un montant d’aides colossal, avertit l’Iata

Le rachat de ses propres actions, à quoi ça sert ?

Les entreprises utilisent leur cash pour racheter leurs actions pour plusieurs raisons. Cela

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le coronavirus est un défi peut-être aussi grand que la crise de 1929, alerte le Medef
Copropriétés : les gardiens et employés d’immeuble appelés à travailler
Kangourou Kids, Adhap Services... les employeurs préférés du médico-social
Immobilier : crédit, signature… comment sécuriser votre opération depuis chez vous
Votre employeur va pouvoir vous imposer une semaine de congés payés