Marchés français ouverture 4 h 23 min
  • Dow Jones

    34 899,34
    -905,06 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    15 491,66
    -353,54 (-2,23 %)
     
  • Nikkei 225

    28 746,49
    -5,13 (-0,02 %)
     
  • EUR/USD

    1,1284
    -0,0036 (-0,32 %)
     
  • HANG SENG

    23 879,30
    -201,22 (-0,84 %)
     
  • BTC-EUR

    50 762,70
    +2 317,84 (+4,78 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 427,29
    -28,12 (-1,93 %)
     
  • S&P 500

    4 594,62
    -106,84 (-2,27 %)
     

R&D, biotechnologies... Comment Servier s'est relevé de la crise du Mediator

·2 min de lecture

En dix ans, le numéro deux français de la pharmacie a surmonté la crise du Mediator et la mort de son omnipotent fondateur. Son remède? Une R&D dopée et réorientée vers des thérapies d’avenir.

Cet as de la communication de crise parisienne en aurait presque des regrets: "Lorsqu’on m’a sondé en 2014 pour donner un coup de main au laboratoire , j’ai poliment décliné, confie ce sexagénaire rompu aux cas les plus désespérés. Tous les voyants étaient rouge vif, c’était, pensais-je, une mission impossible. Je me suis trompé."

Et pour cause. Au début des années 2010, la deuxième société pharmaceutique française (22.500 salariés) derrière Sanofi plonge dans le chaos le plus total: le , antidiabétique prescrit comme coupe-faim, est accusé d’avoir causé la mort d’au moins 1.500 personnes. A ce scandale retentissant se greffe une situation économique alarmante illustrée par la chute des ventes de 10% en 2011. Servier n’a alors pas commercialisé le moindre produit innovant depuis dix ans et le brevet de son vieux blockbuster, le Coversyl (prescrit en cas d’hypertension), vient de tomber dans le domaine public. Puis, , l’omnipotent et mystérieux fondateur Jacques Servier. "Nous étions devenus un groupe étriqué, sans imagination et sans vision à l’international, observe un chercheur qui a quitté la société en 2016. Mais tous ces déboires ont probablement été bénéfiques en forçant Servier à se transformer."

Rachat record à 2 milliards

La métamorphose est saisissante. Elle est orchestrée par le nouvel homme fort Olivier Laureau, 64 ans, un "bébé" Servier, intronisé président fin 2015 après avoir été le directeur financier. Cet homme de dossiers au profil de bon père de famille, et dont certains jugeaient en interne que "le costume était un peu grand", va opérer des changements radicaux. "Nous avons mis l’accent sur trois axes principaux, indique Olivier Laureau. Nous avons d’abord refondé notre R&D en l’orientant sur l’oncologie [cancers], la neurologie et l’immuno-inflammation. La présence géographique du groupe a aussi été élargie avec notre installation aux Etats-Unis en 2019. Et puis nous avons mis l’accent sur les biotechnologies car il était fondamental que nous ac[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles