La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 765,52
    -30,23 (-0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 080,15
    -27,87 (-0,68 %)
     
  • Dow Jones

    34 580,08
    -59,71 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1317
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 782,10
    +21,40 (+1,22 %)
     
  • BTC-EUR

    43 465,80
    -2 969,73 (-6,40 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,14
    -74,62 (-5,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,22
    -0,28 (-0,42 %)
     
  • DAX

    15 169,98
    -93,13 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 122,32
    -6,89 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 085,47
    -295,85 (-1,92 %)
     
  • S&P 500

    4 538,43
    -38,67 (-0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    28 029,57
    +276,20 (+1,00 %)
     
  • HANG SENG

    23 766,69
    -22,24 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3235
    -0,0067 (-0,50 %)
     

Réussites chinoises en Europe: le Hongrie d'Orban sous influence

·2 min de lecture

SUCCESS STORY CHINOISE EN EUROE (4/4)- Infrastructures portuaires, automobile, smartphones… L'entrisme de Pékin se traduit par quelques success stories en Europe. En Hongrie, l'influence grandissante de la Chine provoque la colère de milliers de manifestants.

Avec une touche de soft power et des investissements massifs, la Chine parvient à avancer ses pions un peu partout en Europe. Dans un contexte compliqué, où gouvernements et opinion publique leur sont de plus en plus défavorables, ses entreprises et ses diplomates alignent quelques succès dans les infrastructures, l'industrie automobile, les télécoms, et des ambitions dans l'éducation.

En Hongrie, le projet enflamme le pays depuis le début de l'été. Le 6 juin, plusieurs milliers de manifestants ont même défilé dans les rues de Budapest, une première depuis l'automne 2020. La raison de leur colère: l'implantation d'un gigantesque campus dans la capitale hongroise destiné à accueillir une antenne de l'université chinoise de Fudan. En mars, le gouvernement de Viktor Orban avait annoncé fièrement que cet établissement de renom basé à Shanghai ouvrirait en 2024 son seul et unique campus hors de Chine. Très vite, le projet a cristallisé les critiques de l'opposition sur le tropisme chinois de l'homme fort du pays.

Prêt d'1,3 milliard d'euros accordé par Pékin

La fronde a pris de l'ampleur lorsque la presse locale a révélé que l'opération serait quasiment entièrement financée par un prêt de 1,3 milliard d'euros accordé par Pékin à Budapest. Le campus, construit par des sociétés chinoises, viendrait remplacer 12.000 logements étudiants qui devaient être aménagés dans la capitale hongroise. Pour calmer les esprits, Viktor Orban a toutefois annoncé qu'un référendum local allait être organisé. "Quoi qu'il arrive le parti communiste chinois sera gagnant, observe le sinologue Emmanuel Véron, chercheur associé à l'Ecole navale. Soit le projet est accepté et la Chine disposera d'un relais stratégique important au cœur de l'Europe, soit il ne l'est pas et Pékin pourra alors crier à la discrimination et l'injustice."

Cet entrisme de Pékin sur le Vieux Continent agace de plus en plus. En témoignent plusieurs prises de position récentes de la Commission européenne. En France, le Sénat[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles