La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 611,69
    -69,45 (-1,22 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 599,55
    -41,82 (-1,15 %)
     
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2085
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 827,70
    -23,70 (-1,28 %)
     
  • BTC-EUR

    29 574,31
    +599,05 (+2,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    701,93
    -33,21 (-4,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,04
    -1,53 (-2,86 %)
     
  • DAX

    13 787,73
    -200,97 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    6 735,71
    -66,25 (-0,97 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    28 519,18
    -179,12 (-0,62 %)
     
  • HANG SENG

    28 573,86
    +76,96 (+0,27 %)
     
  • GBP/USD

    1,3583
    -0,0108 (-0,79 %)
     

Le rétrofit électrique est désormais légal en France, mais sous certaines conditions

·2 min de lecture

L’annonce était attendue depuis plusieurs mois, elle est désormais officielle : le rétrofit devient une pratique légale sur le sol français. Le décret a été publié au Journal Officiel le vendredi 3 avril pour une mise en application dès le lendemain. Une nouvelle qui devrait ravire les professionnels du secteur, même si ces derniers vont devoir attendre la fin du confinement pour lancer leur activité à plein régime. Certains n’avaient d’ailleurs pas attendu la publication de l’arrêté ministériel pour ouvrir les commandes !

“En cette période de crise sanitaire et économique liée au Covid-19, et au regard des répercussions sans précédent dans le secteur automobile, c’est un signe positif pour la relance de l’activité et l’environnement”, a réagi l’association AIRe qui regroupe la plupart des acteurs du rétrofit en France. Si la pratique est autorisée, il y a cependant quelques conditions à respecter. Selon le texte publié au Journal Officiel, seules les voitures de plus de cinq ans (essence et diesel) et de catégories M ou N (voitures, véhicules utilitaires, bus, camions…), ainsi que les deux/trois-roues (catégorie L) de plus de trois ans peuvent faire l’objet d’une conversion à l’électrique. Les véhicules de collection et les engins agricoles sont exclus du dispositif.

>> A lire aussi - Le rétrofit ou comment transformer sa vieille voiture en électrique

Pour que le véhicule soit homologué, sa transformation doit être effectuée par un professionnel habilité (ils sont une dizaine en France). A noter qu’il est possible de changer le moteur thermique par une motorisation électrique à batterie ou à pile à combustible (hydrogène). Selon le décret, un bilan de la pratique du rétrofit sera effectué dans deux ans (printemps 2022) pour “évaluer l’opportunité d’y introduire des modifications”. On le sait, la principale problématique aujourd’hui est le prix de la transformation, de l’ordre de 10.000 euros pour un véhicule avec 100 km d’autonomie.

“Trop cher pour les clients particuliers”,

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le nombre de fonctionnaires en télétravail explose aussi
Thales renonce aux dividendes et à ses objectifs pour 2020
Ces villes où le port du masque devient obligatoire
"Des coronabonds émis d'ici deux mois ? Il y a mieux à faire !"
Le CAC 40 poursuit sa remontée, rassuré par l'évolution de l'épidémie