Publicité
La bourse ferme dans 6 h 56 min
  • CAC 40

    7 814,35
    -50,35 (-0,64 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 010,41
    -24,02 (-0,48 %)
     
  • Dow Jones

    38 712,21
    -35,21 (-0,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,0814
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • Gold future

    2 330,80
    -24,00 (-1,02 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 550,34
    +192,18 (+0,31 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 424,96
    +12,00 (+0,85 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,28
    -0,22 (-0,28 %)
     
  • DAX

    18 501,77
    -129,09 (-0,69 %)
     
  • FTSE 100

    8 190,38
    -25,10 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    17 608,44
    +264,89 (+1,53 %)
     
  • S&P 500

    5 421,03
    +45,71 (+0,85 %)
     
  • Nikkei 225

    38 720,47
    -156,24 (-0,40 %)
     
  • HANG SENG

    18 112,63
    +174,79 (+0,97 %)
     
  • GBP/USD

    1,2796
    -0,0003 (-0,03 %)
     

Résultats européennes 2024: Le séisme au Parlement de Strasbourg, et ses conséquences

AFP / TIZIANA FABI

Les élections européennes ont conforté la droite dure. Les tractations pour les top jobs à Bruxelles commencent, avec comme arbitre Giorgia Meloni.

En ce dimanche électoral, le résultat s’est esquissé très tôt dans l’après-midi, puis confirmée sans ambiguïté en début de soirée. l’Europe est en train de se droitiser et de se fragmenter. Comme les sondages l’avaient prévu depuis des mois. Le vote qui s’est déroulé du 6 au 9 juin dans les 27 pays de l’Union a confirmé la tendance apparue dès 2019 au Parlement de Strasbourg : la fin de la traditionnelle alliance centre droit - centre gauche, et l’avènement d’une extrême droite puissante.

Lire aussiEuropéennes 2024 : les principaux résultats en Europe

Car il n’y a pas qu’en France que les nationalistes sont arrivés en tête. En Italie, le parti Fratelli d’Italia de Giorgia Meloni, en Hongrie le Fidesz de Viktor Orban, en Autriche le FPÖ d’Herbert Kickl, l’homme le plus populaire du pays, vont triompher d’après les premiers sondages de sortie des urnes. Ailleurs, en Allemagne, dans les pays baltes et nordiques, ils arrivent en deuxième position, mais avec des scores élevés. « Ces élections sont cruciales car elles redessinent le panorama politique du Continent », confirme Alberto Alemanno, politologue à HEC. D’après les premières projections globales, les populistes de droites, eurosceptiques, europhobes et souverainistes non inscrits recueillent 215 sièges sur 720, contre 184 pour la droite classique.

PUBLICITÉ

Lire aussiOrban, Meloni, Le Pen... quel antidote contre l'extrême droite qui gangrène l'Europe?

« Notre plan n’est pas de quitter l’Europe, mais de la conquérir »

Alors que 8 capitales sur 27 sont déjà dirigées ou codirigées par la droite dure, ce succès conforte les souverainistes dans leur volonté de façonner une Union à leur main, avec une mise en sourdine de Bruxelles, ce que Rosa Balfour la directrice pour l’Europe de la fondation Carnegie qualifie de « nouvel euroscepticisme de la droite dure ».

Leurs deux ambassadeurs les plus vocaux, le Hongrois Viktor Orban, président pour six mois du Conseil de l’Union européenne à partir du 1er juillet, déclare « notre plan n’est p[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi