Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 725,65
    -142,39 (-0,37 %)
     
  • Nasdaq

    17 298,99
    +106,46 (+0,62 %)
     
  • Nikkei 225

    39 134,79
    +96,63 (+0,25 %)
     
  • EUR/USD

    1,0746
    -0,0020 (-0,18 %)
     
  • HANG SENG

    18 176,34
    -190,61 (-1,04 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 453,38
    -2 578,25 (-3,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 389,30
    -52,34 (-3,63 %)
     
  • S&P 500

    5 366,63
    +5,84 (+0,11 %)
     

Résultats européennes 2024 : Marseille, une ville déchirée entre le RN et LFI

AFP / GERARD JULIEN

La citée phocéenne se fracture en deux camps : le Rassemblement national, qui enregistre un record dans la ville pour un scrutin européen ; et la France Insoumise, fortement implantée dans les quartiers Nord. Le vivre-ensemble si souvent mis en avant à Marseille semble bien lointain.

Marseille ne fait pas dans la demi-mesure, ce n’est décidément pas le style de la maison : Jordan Bardella arrive en tête des élections européennes dans la capitale du Sud, avec 30 % des voix, Manon Aubry se plaçant juste derrière, avec 23 % des suffrages. Extrême droite et gauche radicale se partagent la ville, 7 arrondissements plaçant LFI en pole position, 9 arrondissements préférant le RN.

Lire aussiLire notre édition spéciale : Après l’uppercut des européennes, le risque du KO des législatives ?

Si l’on zoome un peu, on peut remarquer quelques exceptions, mais elles sont rares. Sur les 481 bureaux de vote marseillais, seuls… deux d’entre eux ont préféré Renaissance, pourtant soutenu par le président de la région, Renaud Muselier (ex LR, aujourd’hui Renaissance). Et une petite dizaine de bureaux, situés tout près du Vieux-Port et de la préfecture, ont plébiscité le PS, pourtant soutenu par le maire de la ville, Benoit Payan (ex PS, aujourd’hui Printemps marseillais, union des gauches et des écologistes). Le reste de la ville a voté soit très à droite, soit très à gauche.

Fracture électorale marseillaise

Alors que le Printemps marseillais avait remporté la mairie en 2020 en axant sa campagne sur le thème « Recoudre la ville », Marseille paraît toujours déchirée. Au Nord, les électeurs ont voté Manon Aubry. Au Sud, dans les quartiers bourgeois, la corniche et les plages, et à l’Est, vers le massif de l’Etoile et les terres de Pagnol, c’est Jordan Bardella qui confirme son ancrage.

PUBLICITÉ

Lire aussiRésultats européennes 2024 : Macron poussé à la dissolution par le score de Bardella

Le mouvement n’est pas nouveau. Pour le RN, il est nettement enclenché depuis 2022. Aux législatives de l’époque, le parti de Marine Le Pen avait réussi à faire élire une seule et unique députée, Gisèle Lelouis, la première depuis 1986. Mais trois autres avaient tout de même accédé au second tour : Arezki Selloum, écrasé par Sébastien Delogu (LFI), Monique Griseti, battue à peine moins largement par [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi