La bourse est fermée
  • Dow Jones

    32 637,19
    +516,91 (+1,61 %)
     
  • Nasdaq

    11 740,65
    +305,91 (+2,68 %)
     
  • Nikkei 225

    26 604,84
    -72,96 (-0,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,0734
    +0,0049 (+0,46 %)
     
  • HANG SENG

    20 116,20
    -55,07 (-0,27 %)
     
  • BTC-EUR

    27 555,81
    -393,82 (-1,41 %)
     
  • CMC Crypto 200

    642,36
    -18,78 (-2,84 %)
     
  • S&P 500

    4 057,84
    +79,11 (+1,99 %)
     

RÉSULTATS DE LA BANQUE HSBC CANADA POUR LE PREMIER TRIMESTRE DE 2022

·24 min de lecture

La croissance des revenus et l’amélioration du crédit ont permis de démarrer l’exercice en force

VANCOUVER, Colombie-Britannique, April 26, 2022--(BUSINESS WIRE)--Banque HSBC Canada

Commentaire de Linda Seymour, présidente et chef de la direction de la Banque HSBC Canada1, au sujet des résultats :

« L’exercice a débuté sur les chapeaux de roue. De fait, le bénéfice avant la charge d’impôt sur le résultat a affiché une forte croissance, chacun de nos secteurs d’activité y ayant contribué. En outre, cette période a débuté au moment même où des signes encourageants suggéraient que l’économie canadienne allait bénéficier d’un assouplissement des restrictions imposées en raison de la pandémie, les services redémarrant à l’échelle du pays. Par conséquent, les prêts, les fonds d’investissement sous gestion et les activités au chapitre des cartes ont tous progressé durant cette période. Nos clients sont de plus en plus friands de notre gamme croissante de services numériques et font appel à nos compétences pour les aider dans leur transition vers une économie à zéro émission nette. Notre excellent rendement en ce début de 2022 était nécessaire puisque le monde entier sera confronté à de grandes incertitudes dans le reste de l’année, à savoir la poursuite de la pandémie, la perturbation des chaînes d’approvisionnement, les tensions géopolitiques, la flambée des prix du pétrole, l’inflation et les hausses des taux d’intérêt. Malgré les défis à venir, je sais que nos équipes parviendront à soutenir notre clientèle avec autant de souplesse que dans le passé. »

Faits saillants2

  • Le bénéfice avant la charge d’impôt sur le résultat s’est établi à 292 M$, ayant bondi de 60 M$, ou 26 %, grâce à la hausse du total du résultat d’exploitation et à la diminution des pertes de crédit attendues.

  • Tous nos secteurs d’activité ont été rentables. Le bénéfice avant la charge d’impôt et le total du résultat d’exploitation de trois de nos quatre secteurs d’activité se sont accrus.

  • Le total du résultat d’exploitation a été de 570 M$, ayant monté de 7,8 %, à la faveur de l’amélioration des marges d’intérêts nettes et de l’intensification des activités de prêt et de celles des clients, ce qui a été atténué par le recul des produits de négociation.

  • La variation des pertes de crédit attendues (« PCA ») a consisté en une reprise de 42 M$, comparativement à 16 M$ pour la période correspondante de l’exercice précédent. Les PCA constatées au trimestre à l’étude ont résulté surtout d’une reprise au titre des corrections de valeur attribuables à la COVID-19 liée aux prêts productifs, ce qui a été neutralisé en partie par une charge reflétant l’incidence de la légère détérioration des perspectives économiques en raison de l’invasion de l’Ukraine par la Russie et de l’incidence de l’inflation sur l’économie au Canada.

  • Le total des charges d’exploitation s’est accru de 7 M$, ou 2,2 %, car nous continuons d’investir afin de faire croître nos secteurs d’activité, tout en gérant prudemment nos coûts.

  • Le total de l’actif a été de 120,8 G$, ce qui représente une hausse de 1,0 G$, ou 0,8 %.

  • Le ratio des capitaux propres ordinaires de catégorie 13 s’est situé à 11,6 %, en baisse de 240 points de base par rapport à celui de 14,0 % en 2021.

  • Le rendement des capitaux propres moyens attribuables à l’actionnaire ordinaire4 a atteint 15,5 %, en hausse de 430 points de base par rapport aux 11,2 % enregistrés en 2021.

  1. La Banque HSBC Canada, ainsi que ses filiales (collectivement, la « banque », « nous », « notre »), est une filiale en propriété exclusive indirecte de HSBC Holdings plc (« HSBC Holdings »). Dans le présent document, HSBC Holdings est désigné comme le « Groupe HSBC » ou le « Groupe ».

  2. Comparaison du trimestre clos le 31 mars 2022 et de la période correspondante de l’exercice précédent (sauf indication contraire). Les abréviations « M$ » et « G$ » signifient millions et milliards de dollars canadiens, respectivement.

  3. Les ratios du capital et les actifs pondérés en fonction des risques sont calculés au moyen de la ligne directrice sur les normes de fonds propres du Bureau du surintendant des institutions financières (« BSIF ») et le ratio de levier est calculé conformément à la ligne directrice sur les exigences de levier de ce même organisme. Ces lignes directrices sont fondées sur celles de Bâle III.

  4. Pour évaluer sa performance, la banque utilise des mesures financières supplémentaires qui sont établies à partir de chiffres calculés selon les Normes internationales d’information financière (« IFRS »). Pour plus d’informations au sujet de ces mesures financières, il y a lieu de se reporter à la rubrique « Utilisation de mesures financières supplémentaires » du présent document.

Analyse des résultats financiers consolidés du trimestre clos le 31 mars 20221

Les produits d’intérêts nets se sont chiffrés à 337 M$ pour le trimestre, ce qui représente une hausse de 55 M$, ou 20 %, du fait de l’augmentation de la marge d’intérêts nette et les volumes des prêts.

Les produits de commissions nets du trimestre ont totalisé 197 M$, en hausse de 1 M$, ou 0,5 %, grâce à l’accroissement des fonds d’investissement sous gestion et à l’intensification des activités au chapitre des cartes et des transactions. Ces facteurs ont été annulés en partie par les commissions élevées générées par les services-conseils un an plus tôt.

Les produits nets tirés des instruments financiers détenus à des fins de transaction du trimestre se sont chiffrés à 27 M$, s’étant affaiblis de 3 M$, ou 10 %. Ce recul a découlé principalement d’une variation défavorable de l’inefficacité des couvertures.

Les autres éléments de produits du trimestre se sont établis à 9 M$, ce qui représente une compression de 12 M$, ou 57 %, par suite d’une baisse des profits réalisés à la cession de placements financiers par suite du rééquilibrage du portefeuille d’actifs liquides de la banque.

La variation des PCA pour le premier trimestre de 2022 a consisté en une reprise de 42 M$, comparativement à 16 M$ pour la période correspondante de l’exercice précédent. Les PCA constatées au trimestre à l’étude ont résulté surtout d’une reprise au titre des corrections de valeur attribuables à la COVID-19 liée aux prêts productifs, puisque les variables macroéconomiques de quatre des scénarios ayant servi à estimer les PCA se sont légèrement améliorées. Ce facteur a été atténué par une charge reflétant une légère dégradation du scénario tenant compte des répercussions prévues de l’invasion de l’Ukraine par la Russie et de l’inflation sur l’économie au Canada. La variation des PCA au titre des prêts de stade 3 a représenté une charge attribuable principalement à un prêt élevé dans le secteur de l’aviation, ce qui a été annulé en partie par des reprises dans le secteur de l’énergie. En 2021, la reprise avait résulté essentiellement de l’amélioration, à ce moment, des variables macroéconomiques prospectives à l’égard des prêts productifs, ce qui avait été atténué par des pertes de valeur liées à des prêts non productifs dans les secteurs de l’énergie et des produits alimentaires en gros.

Le total des charges d’exploitation du trimestre s’est établi à 320 M$, s’étant alourdi de 7 M$, ou 2,2 %, en raison surtout des coûts associés aux investissements stratégiques que nous avons réalisés afin de faire croître nos secteurs d’activité, de soutenir des projets de réglementation, de simplifier nos processus et d’offrir les services numériques qui correspondent aux besoins de nos clients.

En ce qui concerne la charge d’impôt sur le résultat, le taux d’imposition effectif pour le premier trimestre de 2022 a été de 26,7 %, ce qui est légèrement plus élevé que le taux prévu par la loi, à savoir 26,5 %, du fait d’une augmentation de la charge d’impôt. Pour le premier trimestre de 2021, le taux d’imposition effectif avait été de 26,9 %.

  1. Comparaison du trimestre clos le 31 mars 2022 et de la période correspondante de l’exercice précédent (sauf indication contraire).

Dividendes

Dividendes déclarés au premier trimestre de 2022

Au cours du premier trimestre de 2022, la banque a déclaré des dividendes trimestriels réguliers de 11 M$ sur toutes ses séries d’actions privilégiées de catégorie 1 en circulation pour le premier trimestre de 2022 ainsi qu’un dividende final de 200 M$ sur ses actions ordinaires pour l’exercice clos le 31 décembre 2021.

Dividendes déclarés au deuxième trimestre de 2022

Le 22 avril 2022, la banque a déclaré, pour le deuxième trimestre de 2022, des dividendes trimestriels réguliers sur toutes ses séries d’actions privilégiées de catégorie 1 en circulation. Ces dividendes seront versés, conformément à leurs modalités et de la façon habituelle, le 30 juin 2022 ou le premier jour ouvrable suivant, à l’actionnaire inscrit le 15 juin 2022.

Le 22 avril 2022, la banque a également déclaré, pour l’exercice se terminant le 31 décembre 2022, un premier dividende intermédiaire de 90 M$ sur ses actions ordinaires, dividende qui sera versé au plus tard le 30 juin 2022 à l’actionnaire inscrit le 22 avril 2022.

Puisque les dividendes trimestriels sur les actions privilégiées pour le deuxième trimestre de 2022 et le premier dividende intermédiaire sur les actions ordinaires pour 2022 ont été déclarés après le 31 mars 2022, leur montant n’a pas été inscrit au passif du bilan.

Résultats des secteurs d’activité pour le premier trimestre clos le 31 mars 20221

Services aux entreprises (« SE »)

Le total du résultat d’exploitation s’est fixé à 280 M$ pour le trimestre, s’étant accru de 41 M$, ou 17 %. Les SE ont profité de circonstances favorables en 2022, les prêts et acceptations ayant progressé de 2,2 G$ au cours des trois premiers mois et les soldes des dépôts ayant surpassé ce qu’ils étaient un an plus tôt. Les produits d’intérêts nets se sont améliorés par suite de l’accroissement des volumes et du redressement des marges. Les produits autres que d’intérêts ont connu eux aussi une hausse grâce à l’accroissement des volumes des acceptations bancaires, à la montée des commissions générées par les paiements au pays et à l’échelle internationale et aux cartes de crédit d’entreprise.

Notre ambition est de demeurer le partenaire financier international de prédilection pour nos clients et de continuer à les aider à réaliser leurs projets de transition vers une économie à zéro émission nette. Tirant parti de notre réseau international et grâce à des investissements continus dans nos principales plateformes du Service mondial de gestion des liquidités et de la trésorerie et du Commerce international et financement des comptes clients, nous sommes en mesure de resserrer les liens avec notre clientèle grâce à des services liés aux transactions primés et de l’aider à combler ses besoins bancaires au pays et à l’étranger. L’attention soutenue que nous lui accordons nous a valu les mentions de meilleure banque pour le financement du commerce international et de meilleure banque pour la qualité des services au Canada de la part du magazine Euromoney.

Pour le trimestre, le bénéfice avant la charge d’impôt sur le résultat s’est dégagé à 217 M$, ce qui constitue une amélioration de 66 M$, ou 44 %, sous l’effet essentiellement d’une hausse du résultat d’exploitation et d’une variation favorable des pertes de crédit attendues, ce qui a été neutralisé en partie par une augmentation des charges d’exploitation.

Gestion de patrimoine et services bancaires aux particuliers (« GPSBP »)

Le total du résultat d’exploitation a atteint 217 M$, ce qui correspond à une hausse de 10 M$, ou 4,8 %, pour le trimestre. Cette hausse a découlé de la forte progression des volumes associés au solde de la relation globale des clients2 ainsi que de l’amélioration des marges par suite de la majoration de taux pratiquée par la banque centrale au cours du trimestre, ce qui a été neutralisé en partie par le recul des produits associés à la gestion de la trésorerie.

Nous avons élargi l’ensemble de notre clientèle et celle à l’échelle internationale, car nous investissons toujours dans nos canaux de distribution ainsi que dans des produits compétitifs sur le marché. Nous axons toujours nos efforts sur les besoins des clients et sur les perfectionnements d’ordre numérique afin d’améliorer l’expérience client. Par exemple, nous avons lancé, sur notre site Web, la calculatrice de préadmissibilité à un prêt hypothécaire de la HSBC afin que nos clients puissent obtenir une estimation du montant du prêt hypothécaire auquel ils pourraient être admissibles.

Exclusion faite de 2012, où les résultats tenaient compte d’un profit non récurrent, le bénéfice avant la charge d’impôt sur le résultat du trimestre clos le 31 mars 2022 a atteint un nouveau sommet3. Pour cette période, le bénéfice a atteint 60 M$, ayant bondi de 23 M$, ou 62 %, ce qui est essentiellement imputable à l’amélioration du résultat d’exploitation ainsi qu’à une diminution des pertes de crédit attendues et des charges d’exploitation.

Services bancaires internationaux (« SBI »)4

Le total du résultat d’exploitation du trimestre s’est chiffré à 47 M$, ce qui représente un recul de 13 M$, ou 22 %. Au premier trimestre de 2022, nous avons encore su tirer parti de notre excellent portefeuille, mais le rendement élevé enregistré un an plus tôt et le moment auquel les transactions ont eu lieu dans le trimestre à l’étude ont entraîné une diminution des commissions générées par les services-conseils. Ce facteur a été atténué par une hausse des produits tirés des marchés des capitaux, lesquels se sont révélés fort solides, et par l’intensification des activités au chapitre des transactions bancaires par suite de la majoration de taux pratiquée par la banque centrale durant le trimestre, ce qui a accru les marges sur les dépôts.

Les SBI conservent leur stratégie qui est bien établie, à savoir proposer des solutions bancaires de gros sur mesure en tirant parti du vaste réseau de distribution de la HSBC pour offrir des produits et solutions qui répondent aux besoins de nos clients internationaux.

Comme l’économie canadienne est toujours en voie de se relever de la pandémie, nous continuons de travailler en étroite collaboration avec nos clients afin de comprendre les enjeux uniques auxquels ils sont confrontés et de les seconder dans leurs efforts pour renouer avec la croissance et dans leurs plans de transition vers une économie à zéro émission nette.

Le bénéfice avant la charge d’impôt sur le résultat s’est dégagé à 23 M$ pour le trimestre, ce qui rend compte d’une diminution de 26 M$, ou 53 %, laquelle a résulté principalement d’une hausse des pertes de crédit attendues et d’une baisse du résultat d’exploitation.

Marchés et Services liés aux valeurs mobilières (« MSVM »)4

Le total du résultat d’exploitation du trimestre s’est fixé à 26 M$, en hausse de 5 M$, ou 24 %. Les produits enregistrés par l’unité Marchés ont augmenté en raison des taux plus élevés qui ont découlé de la majoration de taux pratiquée par la banque centrale au cours du trimestre et de la montée des produits tirés de la négociation des produits de change.

Les MSVM conservent leur stratégie qui est bien établie, à savoir proposer des solutions sur mesure en tirant parti du vaste réseau de distribution de la HSBC pour offrir des produits et solutions qui répondent aux besoins de nos clients internationaux.

Comme l’économie canadienne est toujours en voie de se relever de la pandémie, nous continuons de travailler en étroite collaboration avec nos clients afin de comprendre les enjeux uniques auxquels ils sont confrontés et de les seconder dans leurs efforts pour renouer avec la croissance et dans leurs plans de transition vers une économie à zéro émission nette.

Le bénéfice avant la charge d’impôt sur le résultat s’est établi à 13 M$, pour une amélioration de 4 M$, ou 44 %, pour le trimestre, laquelle a découlé essentiellement de l’augmentation des produits d’intérêts nets, ce qui a été contrebalancé en partie par une hausse des charges d’exploitation.

Centre général5

La perte avant la charge d’impôt sur le résultat a été de 21 M$ pour le trimestre, ce qui représente une dégradation de 7 M$ qui a découlé principalement d’une augmentation des charges d’exploitation associée aux coûts des mesures visant à favoriser la croissance à venir.

  1. Comparaison du trimestre clos le 31 mars 2022 et de la période correspondante de l’exercice précédent (sauf indication contraire).

  2. Le solde de la relation globale des clients comprend les soldes des prêts, des dépôts et des comptes de gestion de patrimoine.

  3. Record annuel depuis la formation de GPSBP en tant que secteur d’activité mondial distinct en 2011.

  4. Avec prise d’effet au quatrième trimestre de 2021, nous avons scindé le secteur d’activité auparavant appelé « Services bancaires internationaux et marchés » en deux secteurs, soit « Services bancaires internationaux » et « Marchés et Services liés aux valeurs mobilières », afin de refléter nos nouveaux secteurs opérationnels. Toutes les données comparatives ont été ajustées pour être conformes à la présentation adoptée pour la période à l’étude.

  5. Le centre général n’est pas un secteur opérationnel de la banque. Les nombres indiqués ci-dessus présentent un rapprochement des résultats des secteurs opérationnels et de ceux de l’entité.

Pour évaluer sa performance, la banque utilise des mesures financières supplémentaires qui sont établies à partir de chiffres calculés selon les IFRS. Ce qui suit constitue un glossaire des mesures pertinentes qui sont employées tout au long de ce document, mais qui ne figurent pas dans les états financiers consolidés. Les mesures financières supplémentaires suivantes comprennent les soldes moyens, et les chiffres annualisés de l’état du résultat net, tel qu’il est indiqué, sont utilisés tout au long de ce document.

Le rendement des capitaux propres moyens attribuables à l’actionnaire ordinaire correspond au bénéfice attribuable à l’actionnaire ordinaire annualisé de la période, divisé par la moyenne1 des capitaux propres ordinaires.

Le rendement de la moyenne des actifs pondérés en fonction des risques correspond au bénéfice avant la charge d’impôt sur le résultat annualisé, divisé par la moyenne1 des actifs pondérés en fonction des risques.

Le ratio d’efficience correspond au total des charges d’exploitation exprimé en pourcentage du total du résultat d’exploitation.

Le ratio du levier d’exploitation s’entend de l’écart entre le taux de variation du résultat d’exploitation et celui des charges d’exploitation.

La marge d’intérêts nette désigne les produits d’intérêts nets exprimés en pourcentage annualisé de la moyenne1 des actifs productifs d’intérêts.

La variation des pertes de crédit attendues en pourcentage de la moyenne du montant brut des prêts et avances et des acceptations s’entend de la variation des pertes de crédit attendues2 annualisée, exprimée en pourcentage de la moyenne1 du montant brut des prêts et avances à des clients et des engagements de clients en contrepartie d’acceptations.

La variation des pertes de crédit attendues sur les prêts et avances et les acceptations de stade 3 en pourcentage de la moyenne du montant brut des prêts et avances et des acceptations s’entend de la variation des pertes de crédit attendues2 annualisée sur les actifs de stade 3, exprimée en pourcentage de la moyenne1 du montant brut des prêts et avances à des clients et des engagements de clients en contrepartie d’acceptations.

Le total de la correction de valeur pour pertes de crédit attendues de stade 3 en pourcentage du montant brut des prêts et avances et des acceptations de stade 3 s’entend du total de la correction de valeur pour pertes de crédit attendues2 sur les prêts et avances à des clients et les engagements de clients en contrepartie d’acceptations de stade 3 exprimé en pourcentage des prêts et avances à des clients et des engagements de clients en contrepartie d’acceptations de stade 3.

Les sorties du bilan nettes en pourcentage de la moyenne des prêts et avances à des clients et des acceptations correspondent aux sorties du bilan nettes annualisées, exprimées en pourcentage de la moyenne1 du montant net des prêts et avances à des clients et des engagements de clients en contrepartie d’acceptations.

  1. La marge d’intérêts nette est calculée à l’aide des soldes moyens quotidiens. Toutes les autres mesures financières mettent en jeu des soldes moyens qui sont établis à l’aide des soldes à la clôture du trimestre.

  2. La variation des pertes de crédit attendues a essentiellement trait aux prêts, aux acceptations et aux engagements.

(Montants en M$, sauf indication contraire)

Performance et situation financières

Trimestre clos le

31 mars 2022

31 mars 2021

Performance financière de la période

Total du résultat d’exploitation

570

529

Bénéfice avant la charge d’impôt sur le résultat

292

232

Bénéfice attribuable à l’actionnaire ordinaire

203

158

Variation des pertes de crédit attendues et autres pertes de valeur liées au crédit – reprise

42

16

Charges d’exploitation

(320)

(313)

Bénéfice de base et dilué par action ordinaire ($)

0,37

0,29

Ratios financiers (%)1

Rendement des capitaux propres moyens attribuables à l’actionnaire ordinaire

15,5

11,2

Rendement de la moyenne des actifs pondérés en fonction des risques

2,9

2,4

Ratio d’efficience

56,1

59,2

Ratio du levier d’exploitation

5,6

1,2

Marge d’intérêts nette

1,28

1,12

Variation des pertes de crédit attendues en pourcentage de la moyenne du montant brut des
prêts et avances et des acceptations2

s. o.

s. o.

Variation des pertes de crédit attendues sur les prêts et avances et les acceptations de stade 3 en pourcentage de la moyenne du montant brut des prêts et avances et des acceptations

0,01

0,11

Total de la correction de valeur pour pertes de crédit attendues de stade 3 en pourcentage du montant brut des prêts et avances et des acceptations de stade 3

33,1

32,4

Sorties du bilan nettes en pourcentage de la moyenne des prêts et avances et des
acceptations

0,02

0,06

Mesures financières et mesures du capital

Au

31 mars 2022

31 déc. 2021

Situation financière à la clôture de la période

Total de l’actif

120 820

119 853

Prêts et avances à des clients

71 228

68 699

Comptes des clients

71 436

73 626

Ratio des avances à des clients en pourcentage des comptes des clients (%)1

99,7

93,3

Capitaux propres attribuables à l’actionnaire ordinaire

4 843

5 776

Mesures du capital, du levier et de la liquidité

Ratio des capitaux propres ordinaires de catégorie 1 (%)3

11,6

14,0

Ratio du capital de catégorie 1 (%)3

14,3

16,8

Ratio du capital total (%)3

16,7

19,3

Ratio de levier (%)3

4,8

5,8

Actifs pondérés en fonction des risques (M$)3

41 512

39 836

Ratio de liquidité à court terme (%)4

140

147

  1. Il y a lieu de se reporter à la section « Utilisation de mesures financières supplémentaires » figurant dans le présent document pour obtenir un glossaire des mesures utilisées.

  2. La mention « s. o. » est indiquée lorsque la banque est en position de reprise nette, ce qui donne lieu à un ratio négatif.

  3. Les ratios du capital et les actifs pondérés en fonction des risques sont calculés au moyen de la ligne directrice sur les normes de fonds propres du BSIF et le ratio de levier est calculé conformément à la ligne directrice sur les exigences de levier de ce même organisme. Ces lignes directrices sont fondées sur celles de Bâle III.

  4. Le ratio de liquidité à court terme (Liquidity Coverage Ratio ou « LCR ») est calculé en accord avec la ligne directrice sur les normes de liquidité du BSIF, laquelle intègre les normes de Bâle en ce domaine. Le LCR indiqué dans ce tableau a été calculé à partir des moyennes des chiffres à la clôture de chaque mois du trimestre.

(Montants en M$, sauf les montants par action)

Trimestre clos le

31 mars 2022

31 mars 2021

Produits d’intérêts

471

451

Charges d’intérêts

(134)

(169)

Produits d’intérêts nets

337

282

Produits de commissions

222

225

Charges de commissions

(25)

(29)

Produits de commissions nets

197

196

Produits nets tirés des instruments financiers détenus à des fins de transaction

27

30

Profits diminués des pertes liés aux placements financiers

2

15

Autres produits d’exploitation

7

6

Total du résultat d’exploitation

570

529

Variation des pertes de crédit attendues et autres pertes de valeur liées au crédit – reprise

42

16

Résultat d’exploitation net

612

545

Rémunération et avantages du personnel

(151)

(159)

Charges générales et administratives

(142)

(128)

Amortissement et perte de valeur des immobilisations corporelles

(15)

(17)

Amortissement et perte de valeur des immobilisations incorporelles

(12)

(9)

Total des charges d’exploitation

(320)

(313)

Bénéfice avant la charge d’impôt sur le résultat

292

232

Charge d’impôt sur le résultat

(78)

(63)

Bénéfice de la période

214

169

Bénéfice attribuable à l’actionnaire ordinaire

203

158

Bénéfice attribuable au détenteur d’actions privilégiées

11

11

Bénéfice attribuable à l’actionnaire

214

169

Nombre moyen d’actions ordinaires en circulation (en milliers)

548 668

548 668

Bénéfice de base et dilué par action ordinaire ($)

0,37

0,29

Au

(Montants en M$)

31 mars 2022

31 déc. 2021

ACTIF

Trésorerie et soldes détenus dans les banques centrales

9 241

13 955

Effets en cours de compensation auprès d’autres banques

10

9

Actifs détenus à des fins de transaction

3 682

2 907

Autres actifs financiers devant obligatoirement être évalués à la juste valeur par le biais
du résultat net

18

18

Dérivés

3 645

2 773

Prêts et avances à des banques

1 437

1 659

Prêts et avances à des clients

71 228

68 699

Prises en pension à des fins autres que de transaction

7 496

9 058

Placements financiers

16 347

14 969

Autres actifs

3 349

1 377

Paiements anticipés et produits à recevoir

221

186

Engagements de clients en contrepartie d’acceptations

3 338

3 548

Actifs d’impôt exigible

215

148

Immobilisations corporelles

325

263

Goodwill et immobilisations incorporelles

183

181

Actifs d’impôt différé

85

103

Total de l’actif

120 820

119 853

PASSIF ET CAPITAUX PROPRES

Passif

Dépôts effectués par des banques

1 414

1 313

Comptes des clients

71 436

73 626

Mises en pension à des fins autres que de transaction

7 441

8 044

Effets en transit vers d’autres banques

324

253

Passifs détenus à des fins de transaction

3 083

3 598

Dérivés

4 019

2 978

Titres de créance émis

16 754

14 339

Autres passifs

5 464

3 517

Acceptations

3 346

3 556

Charges à payer et produits différés

308

401

Passifs au titre des prestations de retraite

233

267

Créances subordonnées

1 011

1 011

Provisions

44

74

Total du passif

114 877

112 977

Capitaux propres

Actions ordinaires

1 125

1 725

Actions privilégiées

1 100

1 100

Autres réserves

(383)

(23)

Résultats non distribués

4 101

4 074

Total des capitaux propres attribuable à l’actionnaire

5 943

6 876

Total du passif et des capitaux propres

120 820

119 853

(Montants en M$)

Trimestre clos le

31 mars 2022

31 mars 2021

Services aux entreprises

Produits d’intérêts nets

162

127

Produits autres que d’intérêts

118

112

Total du résultat d’exploitation

280

239

Variation des pertes de crédit attendues – reprise

40

8

Résultat d’exploitation net

320

247

Total des charges d’exploitation

(103)

(96)

Bénéfice avant la charge d’impôt sur le résultat

217

151

Gestion de patrimoine et services bancaires aux particuliers

Produits d’intérêts nets

141

128

Produits autres que d’intérêts

76

79

Total du résultat d’exploitation

217

207

Variation des pertes de crédit attendues – reprise/(charge)

4

(3)

Résultat d’exploitation net

221

204

Total des charges d’exploitation

(161)

(167)

Bénéfice avant la charge d’impôt sur le résultat

60

37

Services bancaires internationaux1

Produits d’intérêts nets

25

22

Produits autres que d’intérêts

22

38

Total du résultat d’exploitation

47

60

Variation des pertes de crédit attendues – (charge)/reprise

(2)

11

Résultat d’exploitation net

45

71

Total des charges d’exploitation

(22)

(22)

Bénéfice avant la charge d’impôt sur le résultat

23

49

Marchés et Services liés aux valeurs mobilières1

Produits d’intérêts nets

9

5

Produits autres que d’intérêts

17

16

Résultat d’exploitation net

26

21

Total des charges d’exploitation

(13)

(12)

Bénéfice avant la charge d’impôt sur le résultat

13

9

Centre général2

Produits autres que d’intérêts

2

Résultat d’exploitation net

2

Total des charges d’exploitation

(21)

(16)

Bénéfice/(perte) avant la charge d’impôt sur le résultat

(21)

(14)

  1. Avec prise d’effet au quatrième trimestre de 2021, nous avons scindé le secteur d’activité auparavant appelé « Services bancaires internationaux et marchés » en deux secteurs, soit « Services bancaires internationaux » et « Marchés et Services liés aux valeurs mobilières », afin de refléter nos nouveaux secteurs opérationnels. Toutes les données comparatives ont été ajustées pour être conformes à la présentation adoptée pour la période à l’étude.

  2. Le centre général n’est pas un secteur opérationnel de la banque. Les nombres indiqués ci-dessus présentent un rapprochement des résultats des secteurs opérationnels et de ceux de l’entité.

Départ d’une administratrice indépendante

Arrivée au terme de son mandat, Beth Horowitz quittera le conseil d’administration de la Banque HSBC Canada en date du 30 juin 2022 après 13 ans de loyaux services. Mme Horowitz était membre du comité responsable de l’audit, de la gestion du risque et de l’examen sur la conduite (et de ses prédécesseurs) et présidait le comité spécial du conseil chargé des nominations, dirigeant ainsi le processus de recrutement de plusieurs administrateurs indépendants.

Samuel Minzberg, président du conseil d’administration de la Banque HSBC du Canada, a commenté son départ en ces termes : « Nous remercions Beth pour son dévouement envers notre entreprise pendant de nombreuses années et notamment pour avoir défendu avec ardeur des initiatives en matière de diversité et d’inclusion qui ont mené à la parité hommes-femmes au sein du conseil d’administration et du comité de direction de la banque. Sa solide expérience dans les services financiers, son fervent engagement et ses judicieux conseils ont joué un rôle inestimable dans notre réussite. Nous lui souhaitons la meilleure des chances au sein d’autres conseils d’administration. »

Grâce aux nominations au conseil d’administration de Mmes Fiona Macfarlane et Andrea Nicholls plus tôt cette année, celui-ci maintiendra la parité hommes-femmes.

Renseignements relatifs à la Banque HSBC Canada

La Banque HSBC Canada, filiale de HSBC Holdings plc (« Groupe HSBC »), est le chef de file des banques internationales au pays. Nous aidons des entreprises et des particuliers partout au Canada à faire des affaires et à gérer leurs finances, ici et à l’échelle mondiale, par l’entremise de quatre secteurs d’activité, soit Services aux entreprises, Gestion de patrimoine et services bancaires aux particuliers, Services bancaires internationaux1 et Marchés et Services liés aux valeurs mobilières1. Groupe HSBC vise à devenir carboneutre dans l’exécution de ses activités et de ses émissions financées et elle collabore avec ses clients afin d’accélérer la transition vers une économie sobre en carbone.

Le siège social de HSBC Holdings plc, société mère de la Banque HSBC Canada, est situé à Londres, au Royaume-Uni. HSBC sert des clients du monde entier à partir de ses bureaux répartis dans 64 pays et territoires en Europe, en Asie, dans les Amériques, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Avec des actifs totalisant 3 022 G$ US au 31 mars 2022, il est l’un des plus importants groupes de services bancaires et financiers au monde.

Pour de plus amples renseignements, visitez le site www.hsbc.ca ou suivez-nous sur Twitter : @HSBC_CA ou sur Facebook : @HSBCCanada.

  1. Avec prise d’effet au quatrième trimestre de 2021, nous avons scindé le secteur d’activité auparavant appelé « Services bancaires internationaux et marchés » en deux secteurs, soit « Services bancaires internationaux » et « Marchés et Services liés aux valeurs mobilières », afin de refléter nos nouveaux secteurs opérationnels. Toutes les données comparatives ont été ajustées pour être conformes à la présentation adoptée pour la période à l’étude.

Mise en garde concernant les énoncés prospectifs

Le présent document renferme des informations prospectives, dont des énoncés concernant les activités et projets futurs de la banque. Ces énoncés se caractérisent par le fait qu’ils ne reposent pas strictement sur des données ou événements passés ou en cours. Des énoncés prospectifs renferment souvent des termes ou expressions comme « prévoir », « estimer », « s’attendre à », « projeter », « avoir l’intention de », « planifier » et « croire », ainsi que des mots ou expressions similaires qui sont employés pour décrire le rendement financier ou opérationnel à venir. De par leur nature même, ces énoncés nous obligent à poser plusieurs hypothèses et sont assujettis à divers risques et incertitudes qui leur sont inhérents et qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement de ceux envisagés dans les énoncés prospectifs. Nous prions le lecteur de ne pas se fier indûment à ces énoncés puisque de nombreux facteurs de risque pourraient donner lieu à des résultats réels nettement différents des attentes exprimées par les énoncés. Dans le rapport de gestion figurant dans le Rapport et états financiers annuels 2021, la rubrique « Risques » décrit les principaux risques auxquels la banque est exposée, risques qui, s’ils ne sont pas gérés comme il se doit, pourraient influer grandement sur ses résultats financiers à venir. Ces risques comprennent le risque de crédit, le risque de trésorerie (incluant le risque de capital, le risque de liquidité et de financement et le risque de taux d’intérêt), le risque de marché, le risque lié à la résilience, le risque de non-conformité à la réglementation, le risque lié aux crimes financiers, le risque lié aux modèles et le risque lié à la caisse de retraite. Les autres facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent nettement des attentes exprimées par les énoncés prospectifs comprennent la conjoncture économique dans son ensemble et les conditions de marché, l’inflation, les politiques budgétaires et monétaires, les modifications des lois, de la réglementation et de l’approche de supervision, le degré de concurrence et les technologies de rupture, les cybermenaces et l’accès non autorisé aux systèmes, les modifications de nos notations de crédit, le risque lié aux changements climatiques, dont les conséquences des risques de transition et des risques matériels, la transition visant les taux interbancaires offerts (« TIO ») ainsi que d’autres risques comme les changements touchant les normes comptables, les changements de taux d’imposition, les changements de lois et règlements fiscaux et leur interprétation par les autorités fiscales, le risque de fraude de la part d’employés ou d’autres parties, les transactions non autorisées et réalisées par le personnel et l’erreur humaine. Notre capacité à concrétiser nos priorités stratégiques et à gérer de manière proactive les exigences du cadre réglementaire dépend du perfectionnement et de la fidélisation de nos cadres dirigeants et de nos employés les plus performants. Demeurer en mesure de recruter, de perfectionner et de conserver à notre emploi du personnel compétent dans un marché du travail des plus compétitifs et actifs se révèle toujours difficile. Nous surveillons les risques liés aux ressources humaines en veillant à la santé mentale et au bien-être de nos employés, surtout en ces temps de pandémie. Malgré les plans d’urgence que nous avons instaurés afin d’assurer notre résilience advenant des perturbations opérationnelles à la fois prolongées et majeures, notre capacité d’exercer nos activités pourrait souffrir d’une défaillance dans les infrastructures qui soutiennent nos activités et les collectivités avec lesquelles nous faisons des affaires, incluant, sans toutefois s’y limiter, une défaillance provoquée par une urgence de santé publique, une pandémie, une catastrophe écologique, un acte terroriste et un événement géopolitique. Les rubriques « Facteurs susceptibles d’avoir une incidence sur les résultats futurs » et « Répercussions de la COVID-19 et notre réaction » du Rapport et états financiers annuels 2021 renferment une description de ces facteurs de risque. Nous tenons à aviser le lecteur que la liste de facteurs de risque présentée ci-dessus n’est pas exhaustive et qu’il se peut que d’autres incertitudes et facteurs éventuels non mentionnés aux présentes nuisent à nos résultats et à notre situation financière. Tout énoncé prospectif paraissant dans ce document n’est valable qu’en date de celui-ci. Nous ne nous engageons nullement à réviser, à mettre à jour ou à modifier les énoncés prospectifs en raison de nouvelles informations, d’événements ultérieurs ou d’autres circonstances, et nous déclinons expressément toute obligation de le faire, sauf dans la mesure où les lois pertinentes sur les valeurs mobilières nous y contraignent.

Consultez la version source sur businesswire.com : https://www.businesswire.com/news/home/20220425006069/fr/

Contacts

Demandes des médias :
Sharon Wilks

416-868-3878
sharon_wilks@hsbc.ca

Caroline Creighton
416-868-8282
caroline.x.creighton@hsbc.ca

Demandes des investisseurs :
investorrelations@hsbc.ca

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles