La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 960,00
    -36,98 (-0,12 %)
     
  • Nasdaq

    13 635,99
    +92,93 (+0,69 %)
     
  • Nikkei 225

    28 822,29
    +190,84 (+0,67 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    -0,0028 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    30 159,01
    +711,16 (+2,41 %)
     
  • BTC-EUR

    26 523,83
    -965,89 (-3,51 %)
     
  • CMC Crypto 200

    650,32
    -26,58 (-3,93 %)
     
  • S&P 500

    3 855,36
    +13,89 (+0,36 %)
     

La résistance s'organise : et si l'économie se mettait au service de l'humanité?

·1 min de lecture

L'avenir est devenu insaisissable et invisible. "Si nous voulons sérieusement changer le monde", alerte, depuis Washington, Bertrand Badré, l'ancien directeur de la Banque Mondiale, "nous devons ouvrir le moteur de nos économies et changer les problèmes de fond de nos sociétés, notamment le système financier général. Le profit doit être un moyen en vue d'une fin, celle de répondre aux enjeux de la planète et de ses habitants". L'accident global a eu lieu, et cette fois son origine ne se trouve pas dans la faillite de conventions politiques ou économiques, mais dans un fléau vieux comme le monde, la peste, l'épidémie.

Alors même que nous pensions avoir remplacé la malédiction des maladies infectieuses par de confortables maladies de civilisations, notre société s'est trouvée plaquée à terre, nos cycles d'activité stoppés net. C'est une terrible nouvelle et aussi pour nous une chance de redessiner et d'entendre les leçons du virus. Parmi les enseignements, en premier plan, le changement à faire maintenant, c'est celui qui doit permettre la transition énergétique. Pierre Abadie rappelle ainsi que "les conclusions du GIEC (groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) ne sont pas de la science-fiction. Les échéances sont proches, c'est maintenant qu'il faut travailler sur la réallocation de 10% de l'épargne mondiale. Avec ce chiffre, la transition énergétique est largement possible".

L'ironie du virus global a été de nous rappeler les limites de la viralité et ...


Lire la suite sur LeJDD