La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 880,49
    -145,75 (-0,91 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

Résidences secondaires : l’augmentation de leur taxation est exaspérante

motimeiri / Getty Images

C’est dans l'épître aux Colossiens du Nouveau Testament que l’apôtre Paul nous met en garde : “Parents, n’exaspérez pas vos enfants. Vous risqueriez de les décourager”. Ce passage est célèbre et il est souvent pris au sens littéral comme un conseil d’éducation. On sait que la bible propose plusieurs niveaux de lecture et le précepte vaut pour ceux qui nous gouvernent. Ce qui vient de se passer pour les résidences secondaires, sous une apparence vénielle, est grave. Par amendement au projet de loi de finances pour 2023, le gouvernement a permis à toutes les communes de France ayant à la fois des tensions de marché et un fort taux de résidences secondaires - 4.000 sur tout le territoire - ce qui était autorisé à celles de plus de 50.000 habitants depuis 2014, à savoir augmenter significativement la taxe d’habitation des résidences secondaires, jusqu’à 60%.

On rappellera que cette taxe a été supprimée pour les résidences principales, mais maintenue pour les secondaires. Le constat de la vacance de ces logements pendant de longs mois a conduit les maires à vouloir sanctionner leurs propriétaires, à l'instar de la taxe sur la vacance des logements locatifs. Quelle est l’arrière pensée ? Que ces propriétaires touchés au portefeuille décident de louer leur résidence secondaire ou même préfèrent s’en séparer au profit d’acquéreurs qui les habiteront, dans des villes où les logements manquent.

Comment ne pas souscrire à cette intention ? Sauf qu’elle fait fi de la liberté des ménages d’avoir (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Hidalgo va finalement augmenter la taxe foncière de Paris
Un paquebot géant "écologiquement durable" va proposer des logements à plus d'un million de dollars
Une mise en demeure de payer ses loyers permet-elle d’interrompre le délai de prescription ?
Investissement locatif : voici les meilleures villes proches de la Suisse pour investir
Loyers : pas de hausse significative des impayés, mais le gouvernement reste en alerte