Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 094,97
    -7,36 (-0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 035,41
    -2,19 (-0,04 %)
     
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,33 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0850
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 335,20
    -2,00 (-0,09 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 636,11
    +264,92 (+0,42 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 446,21
    -21,89 (-1,49 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,80
    +0,93 (+1,21 %)
     
  • DAX

    18 693,37
    +2,05 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    8 317,59
    -21,64 (-0,26 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,76 (+1,10 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    38 646,11
    -457,11 (-1,17 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,77 (-1,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2739
    +0,0041 (+0,32 %)
     

Comment un réseau de faux sites de vente de vêtements a arnaqué des milliers de Français

Comment un réseau de faux sites de vente de vêtements a arnaqué des milliers de Français

C’est un réseau tentaculaire dont les chiffres donnent le tournis. Le journal Le Monde, en collaboration avec le média allemand Die Zeit et le britannique Guardian, a obtenu des pièces extraites de fuites de documents d’une organisation cybercriminelle chinoise. C’est l’entreprise de sécurité informatique allemande SR Labs qui a permis d’obtenir ces documents internes. Ils révèlent que le groupe mafieux chinois est derrière une quantité astronomique de sites de vente de vêtements qui se sont rendus coupables d’escroquerie.

Au total, ce sont près de 800 000 commandes qui ont été passées au niveau mondial, dont 170 000 rien qu’en France, ce qui fait du pays le plus touché par ces escroqueries. L’organisation criminelle a mis en ligne 75 000 faux sites marchands en l’espace de quatre ans, dont 22 500 sont aujourd’hui encore en ligne. Le préjudice s’élève à plusieurs dizaines de millions d’euros. Les documents internes ont pu ainsi mettre en lumière le procédé de ces escrocs.

Avec des outils spécialisés, l’organisation s’affairait à retrouver des sites Web qui venaient de fermer mais dont le référencement dans Google était bon. Ils en achetaient ensuite le nom de domaine. Puis ils choisissaient, en fonction du pays ciblé, les vêtements les plus « porteurs », qui pourraient attirer l’attention des internautes. Un système complètement automatisé permettait alors de créer en quelques minutes un site marchand.

Dans les témoignages recueillis par le média, les victimes témoignent toutes (...)

PUBLICITÉ

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Artus, nouveau roi du box-office avec «Un p’tit truc en plus» : la recette d’un succès surprise
Expulsé de sa maison par son fils, ce septuagénaire peut enfin rentrer chez lui
Cyberattaque de l'hôpital de Cannes : qui est Dmitry Khoroshev, le leader du groupe de hackers Lockbit ?
Boeing : un 767 atterrit en urgence après une panne du train d’atterrissage
Renouvellement de son titre de séjour : comment faire ?