La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 638,46
    -63,52 (-0,95 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 158,51
    -36,41 (-0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 798,00
    +33,20 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1718
    -0,0029 (-0,25 %)
     
  • Gold future

    1 750,60
    +0,80 (+0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    36 927,97
    +164,30 (+0,45 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 067,20
    -35,86 (-3,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,95
    +0,65 (+0,88 %)
     
  • DAX

    15 531,75
    -112,25 (-0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 051,48
    -26,87 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    15 047,70
    -4,50 (-0,03 %)
     
  • S&P 500

    4 455,48
    +6,50 (+0,15 %)
     
  • Nikkei 225

    30 248,81
    +609,41 (+2,06 %)
     
  • HANG SENG

    24 192,16
    -318,84 (-1,30 %)
     
  • GBP/USD

    1,3661
    -0,0059 (-0,43 %)
     

Les Républicains: le projet présidentiel qui veut gonfler les dépenses publiques

·2 min de lecture

Le projet présidentiel de LR, présenté dimanche 5 septembre aux militants, se veut une boîte à idées à la disposition des nombreux candidats. Il révèle une évolution profonde du parti, devenu bien plus étatiste que libéral, avec une explosion programmée des dépenses publiques.

Il a enflammé la réunion des jeunes LR, ce dimanche 5 septembre au Parc Floral à Paris. L’avocat et essayiste Charles Consigny, ex animateur de l’émission "On n’est pas couché", a appelé la droite à lancer "une révolution thatchérienne" pour "reprendre le contrôle des dépenses publiques". "N’ayez pas peur de déplaire", a-t-il lancé aux jeunes militants, sous un tonnerre d’applaudissements. Le programme de François Fillon était un bon programme". En 2017, ce projet promettait de tailler dans les dépenses publiques avec la suppression de pas moins de 500.000 postes de fonctionnaires.

Enthousiastes pour "sortir du politiquement correct", comme le demandait Consigny, les jeunes LR ont dû être surpris à la lecture du projet présidentiel du parti, présenté aux militants, censé constituer la colonne vertébrale et la boîte à idées du parti, où les candidats de droite à la présidentielle pourront piocher pour alimenter leur programme. Car ce projet n’est pas du tout "thatchérien". Il prévoit au contraire une rafale de dépenses publiques supplémentaires dans la sécurité, la santé et l’économie ainsi que de coûteuses baisses d’impôts et de cotisations sociales. "Il ne faut plus être punitifs", résume le député Aurélien Pradié, le secrétaire général du parti, qui a beaucoup œuvré

Du coup, les réductions de dépenses et de déficit sont rares et restent très floues. "Libérer, protéger, rassembler", la nouvelle devise de LR, qui rappelle le "en même temps" d’Emmanuel Macron de 2017, manque pour l’heure de crédibilité budgétaire. Florilège des dépenses d’une droite devenue bien plus étatiste que libérale

  • Des projets coûteux dans la sécurité

LR prévoit "un grand plan de réarmement régalien" de 25 milliards d’euros sur cinq ans pour moderniser les équipements. Mais aussi la construction de 20.000 places de prison. Quant à la justice, elle bénéficiera de la "poursuite de l’effort de rattrapage" de son budget "à hauteur de 3 milliards d’euros".

  • Des investissements massifs dans l’[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles