La bourse ferme dans 1 h 37 min
  • CAC 40

    6 681,73
    -6,06 (-0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 936,19
    -3,00 (-0,08 %)
     
  • Dow Jones

    33 506,21
    -90,13 (-0,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,0523
    +0,0054 (+0,52 %)
     
  • Gold future

    1 796,60
    +14,20 (+0,80 %)
     
  • BTC-EUR

    15 999,58
    -274,44 (-1,69 %)
     
  • CMC Crypto 200

    395,65
    -6,38 (-1,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    74,83
    +0,58 (+0,78 %)
     
  • DAX

    14 315,82
    -27,37 (-0,19 %)
     
  • FTSE 100

    7 531,76
    +10,37 (+0,14 %)
     
  • Nasdaq

    10 935,31
    -79,58 (-0,72 %)
     
  • S&P 500

    3 926,86
    -14,40 (-0,37 %)
     
  • Nikkei 225

    27 686,40
    -199,47 (-0,72 %)
     
  • HANG SENG

    18 814,82
    -626,36 (-3,22 %)
     
  • GBP/USD

    1,2204
    +0,0070 (+0,58 %)
     

Les Républicains sont-ils condamnés à s’allier avec le RN?

AFP/Archives - JACQUES DEMARTHON

EDITO - La droite LR est-elle condamnée, à l'occasion des prochaines échéances, à une alliance avec l'extrême droite, sous la même forme que Nupes pour la gauche, afin de mieux étrangler ce qu'il restera du macronisme?

Pris au piège électoral tendu par Jean-Luc Mélenchon, Socialistes et Verts se sont couchés au pied de LFI au prix d’une série de nombreux reniements politiques et idéologiques afin de sauver, certes, quelques sièges à l’Assemblée nationale. Ce fut l’acte de naissance de la Nupes, construction à la fois baroque et contre-nature, sans doute appelée à durer au moins jusqu’aux prochaines élections européennes, en 2024, cette échéance établira un rapport de force pour préparer la présidentielle de 2027. Désormais les professionnels de l’analyse politique, et convenons que nous faisons fréquemment erreur, devront répondre à l’interrogation suivante: à plus ou moins long terme, l’extrême droite RN et la droite LR sont-elles "condamnées" elles aussi à pareilles contorsions et galipettes? Une Nupes à leur façon. Deux Nupes pour mieux encadrer et "étrangler" ce qui restera du macronisme sans Macron puisque le président est interdit de se représenter. Les avis, convenons-en, sont partagés.

Sous la férule de Marine Le Pen et sacré avec un score digne d’un potentat (84,84%), soviétique, Jordan Bardella vient d’être élu président du Rassemblement national; dans quelques semaines, les derniers militants Les Républicains auront à choisir pour les "cheffer" entre l’ultra-droitier Éric Ciotti (favori), le très conservateur sénateur Bruno Retailleau (challenger) et le député du Lot Aurélien Pradié (outsider) se réclamant, lui, du gaullisme social, ce qui en fait un cas somme tout particulier en cette période de radicalisation où les ténors "modérés" de LR, ceux qui réfutent et refusent tout rapprochement avec l’extrême droite, Xavier Bertrand ou Valérie Pécresse pour ne citer qu’eux, ne disent rien, pas un mot. Auraient-ils renoncé aujourd’hui (jusqu’à quand?) à jouer, à peser, à se faire entendre. Dans cet étrange contexte d’une présidentielle LR "à droite toute", comment ne pas accréditer la thèse de l’inéluctabilité d’une alliance RN-LR?

LR peut-il survivre à une dévitalisation de [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi