Marchés français ouverture 5 h 12 min
  • Dow Jones

    34 742,82
    -34,94 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    13 401,86
    -350,38 (-2,55 %)
     
  • Nikkei 225

    28 876,19
    -642,15 (-2,18 %)
     
  • EUR/USD

    1,2142
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • HANG SENG

    28 017,57
    -578,09 (-2,02 %)
     
  • BTC-EUR

    45 823,20
    -2 906,43 (-5,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 463,69
    -97,61 (-6,25 %)
     
  • S&P 500

    4 188,43
    -44,17 (-1,04 %)
     

Réouverture des terrasses : "On souhaite pouvoir le faire dans un mois", affirme Élisabeth Borne

franceinfo
·1 min de lecture

"On souhaite pouvoir [rouvrir les terrasses des bars et des restaurants] dans un mois", affirme la ministre Élisabeth Borne, ministre du Travail, sur France Inter, au lendemain des propos d'Emmanuel Macron, dimanche 18 avril. Le chef de l'État, invité de la chaîne américaine CBS, a précisé que les restrictions en vigueur depuis fin octobre à cause de l'épidémie de Covid-19, seraient levées progressivement "début mai".

>> Suivez notre direct sur la pandémie de Covid-19.

Élisabeth Borne évoque plutôt la "mi-mai" concernant les terrasses. "Cela fait plusieurs semaines que l'on a des concertations avec les professionnels concernés. Nous n'avons pas de calendrier [précis] puisque le travail se poursuit avec eux", a indiqué la ministre. "On va tenir compte évidemment de l'évolution de l'épidémie".

Les aides vont être maintenues dans un premier temps

Élisabeth Borne a également garanti la mise en place d'un accompagnement des restaurateurs, commerçants et des salariés dans cette reprise. "On ne veut pas retirer des aides trop tôt, mettre en difficulté les entreprises, et du coup avoir des licenciements", souligne la ministre qui assure qu'une réunion de concertation entre syndicats et patronat se tiendra jeudi 22 avril, en compagnie de Bruno Le Maire. "Il faut qu'on discute maintenant avec les partenaires sociaux de la façon dont ces règles, ces aides vont pouvoir évoluer, en étant évidemment très prudents quand on a des salariés qui sont quelque part payés par l'État depuis des (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi