Marchés français ouverture 5 h 3 min
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,26 (+0,66 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,44 (+0,88 %)
     
  • Nikkei 225

    29 628,32
    +270,50 (+0,92 %)
     
  • EUR/USD

    1,2162
    -0,0006 (-0,05 %)
     
  • HANG SENG

    28 728,99
    +118,34 (+0,41 %)
     
  • BTC-EUR

    48 399,70
    -524,57 (-1,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 549,05
    +113,27 (+7,89 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     

Rénover les passoires thermiques avant 2028, “un vœu pieux” selon le patron de Laforêt immobilier

·1 min de lecture

A peine adopté par les députés de l’Assemblée nationale, et alors qu’il doit encore passer l’étape du Sénat, le projet de loi climat et résilience fait beaucoup réagir dans le monde de l’immobilier. En cause, surtout : la définition d’une trajectoire d’interdiction de mise en location des logements les plus consommateurs d’énergie, les fameuses “passoires thermiques”, à horizon 2028. Les députés ont pour rappel fixé un calendrier en trois actes : à partir de 2023, les 90.000 logements les plus énergivores seront interdits de location. Puis ce sera, en 2025, au tour de l’ensemble de la classe G de diagnostic de performance énergétique (DPE) et enfin de la classe F, en 2028. Au total, près de 2 millions de passoires thermiques devront donc être rénovées avant 2028, pour être maintenus sur le marché locatif.

Mais ce n’est pas tout, puisque les députés sont tombés d’accord pour intégrer les biens de la classe énergétique E dans cette trajectoire. A partir de 2034, ils seront eux aussi interdits de location. Un calendrier qui serait impossible à tenir en l’état, selon le président du réseau Laforêt immobilier. “La rénovation des passoires F et G d’ici 2028, c’est 2 millions de logements. Or, si on travaille 24h/24, cela représente 800 logements à rénover par jour. Et si on pousse avec la classe E en 2034, c’est 1.000 rénovations énergétiques par jour”, calcule Yann Jehanno, qui affirme que la filière n’est pas prête à tenir une telle cadence.

>> A lire aussi - Passoires thermiques : (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La "fracture immobilière" que crée la crise du Covid, selon Orpi
DPE, garanties loyers impayés... les bons choix pour investir dans l'immobilier
Crédit immobilier : les meilleurs taux d'emprunt dans votre région
Copropriété : les AG dématérialisées possibles jusqu’à l’automne
Régime réel ou abattement forfaitaire ? Bailleurs, voici les cas où vous devez pencher vers l’une ou l’autre fiscalité