La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 382,13
    +360,68 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 844,00
    +20,00 (+1,10 %)
     
  • BTC-EUR

    41 515,64
    +288,04 (+0,70 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,33
    +39,77 (+2,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,51
    +1,69 (+2,65 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,96 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 429,98
    +304,99 (+2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 173,85
    +61,35 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4102
    +0,0050 (+0,36 %)
     

Rénovation énergétique : fin des offres à 1 euro et baisse à venir des primes CEE

·1 min de lecture

Certaines aides accordées pour les travaux d’économies d’énergie seront bientôt moins généreuses. Et même beaucoup moins généreuses… En février dernier, le gouvernement a mis en consultation différents textes visant à préparer la nouvelle période des Certificats d’économie d’énergie (CEE). Ce dispositif, créé en 2005, constitue pour rappel l’un des principaux leviers de la politique de réduction de la consommation énergétique des bâtiments. Il repose sur une obligation imposée aux vendeurs d’énergie (EDF, Total, Leclerc, etc.) de réaliser des économies d’énergie en proportion des volumes qu’ils fournissent. Pour répondre à cette contrainte, ces “obligés” ont la possibilité de financer des travaux d’économies d’énergie chez les particuliers. Ce sont les fameuses “primes CEE”, qui viennent en complément des aides publiques, comme MaPrimeRénov’.

Au 1er janvier 2022 débutera la 5e période des CEE. Elle courra jusqu’à la fin 2025. Le gouvernement prépare donc cette échéance et fait évoluer le dispositif en place. Un arrêté publié ce vendredi 16 avril au Journal officiel vient notamment modifier le niveau des “bonifications” accordées. Actuellement, certaines opérations sont en effet bonifiées, c’est-à-dire qu’on attribue davantage de certificats - jusqu’à deux fois plus -, lorsque les travaux sont réalisés au bénéfice de ménages en situation de précarité énergétique, lorsque ces travaux permettent de sortir des énergies fossiles ou lorsqu’ils permettent un gain énergétique important. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Immobilier : ce que la pandémie et le télétravail vont changer à nos projets et nos habitudes
Impôts : n'oubliez pas de déclarer au fisc votre crédit d'impôt pour la transition énergétique !
Passoires thermiques : à peine votée, l’interdiction de location inquiète déjà les propriétaires
Une brigade du silence bientôt déployée à Marseille pour surveiller les locataires d'Airbnb
Le plafonnement des loyers annulé par la justice… à Berlin