La bourse ferme dans 6 h 36 min
  • CAC 40

    6 534,12
    -44,48 (-0,68 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 067,98
    -34,61 (-0,84 %)
     
  • Dow Jones

    35 144,31
    +82,76 (+0,24 %)
     
  • EUR/USD

    1,1783
    -0,0025 (-0,21 %)
     
  • Gold future

    1 795,00
    -4,20 (-0,23 %)
     
  • BTC-EUR

    31 696,00
    -947,52 (-2,90 %)
     
  • CMC Crypto 200

    884,58
    -30,91 (-3,38 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,06
    +0,15 (+0,21 %)
     
  • DAX

    15 479,35
    -139,63 (-0,89 %)
     
  • FTSE 100

    6 960,10
    -65,33 (-0,93 %)
     
  • Nasdaq

    14 840,71
    +3,72 (+0,03 %)
     
  • S&P 500

    4 422,30
    +10,51 (+0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    27 970,22
    +136,93 (+0,49 %)
     
  • HANG SENG

    25 086,43
    -1 105,89 (-4,22 %)
     
  • GBP/USD

    1,3784
    -0,0040 (-0,29 %)
     

Rémunération des agriculteurs: Lidl défend la loi Besson-Moreau

·2 min de lecture

INTERVIEW - Alors que la loi Besson-Moreau sur la rémunération des agriculteurs vient d'être votée l'Assemblée le 24 juin, et que la distribution dénonce certains de ses aspects, Michel Biero, gérant des achat de Lidl, défend ce texte dans Challenges.

Le jeudi 24 juin, l'Assemblée nationale a voté en première lecture, à l'unanimité, la loi Besson-Moreau dans leurs relations commerciales avec les industriels et la grande distribution. Aussi appelée loi Egalim 2, elle vient renforcer certains aspects de la loi Egalim 1, ou "Loi pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous", publiée le 1er novembre 2018. Le nouveau texte prévoit ainsi la non-négociabilité du prix des matières premières agricoles entre les industriels et les distributeurs, dès lors qu’il y a au moins 25% de matières premières agricoles dans la composition du produit alimentaire, . Elle stipule aussi que l'industriel devra proposer un tarif de négociation unique à tous les distributeurs. Ce texte a déclenché l'ire de la Fédération du Commerce et de la Distribution. "Il est totalement déséquilibré au profit des seuls grands industriels et au détriment des consommateurs", s'est agacé. A contre-courant de cette position, Michel Biero, gérant des achats de Lidl, prend la parole dans Challenges pour expliquer pourquoi il soutient cette loi.

Challenges - Quel est selon vous le bilan de la loi Egalim 1?

Michel Biero - Pour moi, c’est clairement un échec mais c’était prévisible, à cause de la Loi de Modernisation de l'Économie (LME). Depuis 2008, elle régit les négociations sur les prix des marques nationales, qui représentent 80% des produits alimentaires en France. Or, selon la LME, le socle de la négociation sur le prix, c’est le tarif général. Il est fixé par l’industriel sans aucune obligation de transparence. Ce tarif sort d'un chapeau, personne ne sait me l’expliquer. Il est bien supérieur au prix de vente. On négocie ensuite des ristournes avec les industriels en proposant des services, comme la diffusion de catalogues en magasin. C’est ce qui explique l'apparition de centrales internationales de négociation de services et pas de produits. Vous pensez sincè[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles