La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,23 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2167
    +0,0098 (+0,82 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    48 696,66
    +876,83 (+1,83 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,28 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,91 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,39 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,45 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,81 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0098 (+0,70 %)
     

Réguler le "New Space" devient urgent

·2 min de lecture

Pourquoi la régulation du "new space" est devenu une priorité, aussi bien aux États-Unis qu'en Europe.

Tout un symbole. A la tête du Cnes, l’agence spatiale française, c’est un ingénieur rompu aux questions du numérique, ancien directeur du LIX, laboratoire d’informatique CNRS-Polytechnique, qui vient d’être nommé. Philippe Baptiste, que d’aucuns ont taxé d’inconnu – cruel pour celui qui fut directeur de cabinet de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche – arrive en plein "New Space". Autrement dit, un monde spatial en métamorphose accélérée, à la fois numérique et commerciale, avec mégaconstellations et fusées ou capsules réutilisables. Bien sûr, le scaphandre, la vie en apesanteur d’un spationaute à la Thomas Pesquet, bientôt commandant de bord (une première) de la Station spatiale internationale, font toujours vibrer le vieux mythe. Mais c’est l’arbre qui cache la forêt.

En d’autres termes, des dizaines de milliers de satellites, dont le lancement par grappes a déjà commencé, vont peupler l’espace. Nés de la révolution CubeSat, ils ne se mesurent plus en tonnes et mètres mais en kilos et centimètres. Une nouvelle filière industrielle puissante, commentait récemment devant nous Xavier Pasco, directeur de la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), notant qu’"en ce seul mois de mars 2021, plus de 360 satellites ont été mis en orbite". Surtout, se profile l’installation dans l’espace d’infrastructures vitales pour toute une filière aval qui va les valoriser. Celle des géants du numérique à la logistique démultipliée, promesse de services partout et tout le temps, avec haut débit et cloud.

La gestion du trafic spatial devient une priorité

Pas étonnant qu’à l’automne Microsoft ait annoncé son alliance avec le projet Starlink d’Elon Musk (12 000 satellites admis par l’Union internationale des télécommunications, 900 déjà en orbite). A ce dernier, la Commission fédérale des communications américaine (FCC) a d’ailleurs annoncé fin décembre une aide de 886 millions de dollars sur dix ans. Cette même FCC avait antérieurement accordé à Jeff Bezos (Am[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi