Marchés français ouverture 1 h 37 min
  • Dow Jones

    33 587,66
    -681,50 (-1,99 %)
     
  • Nasdaq

    13 031,68
    -357,75 (-2,67 %)
     
  • Nikkei 225

    27 592,84
    -554,67 (-1,97 %)
     
  • EUR/USD

    1,2080
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • HANG SENG

    27 930,87
    -300,17 (-1,06 %)
     
  • BTC-EUR

    42 130,70
    -5 742,28 (-11,99 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 392,86
    -170,97 (-10,93 %)
     
  • S&P 500

    4 063,04
    -89,06 (-2,14 %)
     

Régionales: second tour des élections possiblement reporté au 27 juin

·2 min de lecture

Le Premier ministre, Jean Castex, va proposer de maintenir les élections départementales et régionales au mois de juin, en décalant "peut-être" le second tour d'une semaine, au 27 juin, selon le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, au micro de RTL.

Le Premier ministre, Jean Castex, va proposer de maintenir les au mois de juin, en décalant "peut-être" le second tour d'une semaine, au 27 juin, a déclaré mardi le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, au micro de RTL. Un débat sur le sujet, précédé d'un discours de Jean Castex, doit avoir lieu ce mardi à l'Assemblée nationale puis mercredi au Sénat.

Une majorité de partis politiques dont La République en marche, les Républicains et le Rassemblement national, souhaitent l'organisation des scrutins en juin malgré la situation sanitaire, au nom du respect de la démocratie. Une consultation auprès des maires de France menée par le gouvernement a montré qu'une majorité de ces élus était favorable au maintien des au mois de juin. Selon BFM, qui cite des sources gouvernementales, le Premier ministre pourrait aussi annoncer un report d'une semaine du premier tour des élections régionales, au 20 juin.

Vent debout contre tout nouveau report du scrutin, déjà repoussé de mars à juin, l'opposition accuse le gouvernement de vouloir s'épargner une nouvelle déconvenue électorale à un an de la présidentielle. Lundi, le président LR du Sénata prévenu : il soumettra tout nouveau report des élections au Conseil constitutionnel, qui sera en mesure de "casser" le report et maintenir les élections au 13 et 20 juin prochains. "Je ne vois donc pas aujourd’hui quels facteurs de fait justifient en droit de reporter le scrutin de juin à septembre", expliquait lundi le constitutionnaliste Didier Maus à Challenges.

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi