La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 982,79
    -161,52 (-0,46 %)
     
  • Nasdaq

    14 598,93
    -241,78 (-1,63 %)
     
  • Nikkei 225

    27 970,22
    +136,93 (+0,49 %)
     
  • EUR/USD

    1,1837
    +0,0029 (+0,25 %)
     
  • HANG SENG

    25 086,43
    -1 105,89 (-4,22 %)
     
  • BTC-EUR

    31 803,79
    -1 877,44 (-5,57 %)
     
  • CMC Crypto 200

    888,90
    +12,66 (+1,45 %)
     
  • S&P 500

    4 388,65
    -33,65 (-0,76 %)
     

Régionales: les regards braqués sur la participation, la présidentielle pour horizon

·2 min de lecture

Alors que deux Français sur trois ont boudé les urnes au premier tour des élections régionales, les regards sur braqués sur la participation au second tour qui a lieu ce dimanche.

Votera? Votera pas? Le niveau de participation aux régionales sera scruté dimanche après une abstention record au premier tour qui a favorisé les sortants PS et LR, et que le RN espère conjurer pour emporter la première région de son histoire, à un an de la présidentielle. Des 13 régions métropolitaines, la Provence-Alpes-Côte-d'Azur (Paca) est la seule à connaître un duel qui s'annonce serré, entre les frères ennemis Thierry Mariani (ex-LR devenu RN) et Renaud Muselier (LR).

Les quelque 48 millions d'électeurs de France métropolitaine peuvent se rendre à l'isoloir depuis 08h et jusqu'à 18h, 19h ou 20h selon les communes, en y respectant un protocole strict (masque, gel, distance de sécurité), crise sanitaire oblige. "Ne pas voter c'est un déni de démocratie", estime Thierry, un septuagénaire, devant son bureau de vote du Ve arrondissement de Marseille. "Je trouve dommage l'abstention du premier tour, mais peut-être que les jeunes ont besoin d'alternative...", avance-t-il. Dans un bureau de vote de Strasbourg, les électeurs, quasiment exclusivement des retraités, arrivent au compte-goutte à l'ouverture.

Alors qu'une polémique sur les ratés de l'acheminement des professions de foi des candidats a entaché le premier tour, Anne-Françoise, 66 ans, se plaint de ne pas les avoir reçues "une fois encore". "C'est peut-être lié à la situation globale, avec la pandémie et tout ça, mais ce qui est sûr c'est que ça ne donne pas envie d'aller voter", déplore-t-elle. L'abstention "ne peut que nous interroger. Qu'est-ce qui fait qu'on n'arrive pas à intéresser les électeurs ?", s'interroge pour sa part Françoise Schaetzel, 69 ans, une élue présidente du bureau de vote.

Les sondeurs ne prévoient qu'un léger rebond de la participation alors que deux Français sur trois (66,7%) ont boudé les urnes au premier tour, rendant les pronostics sur l'état de l'opinion pour ce dimanche - et au-delà pour 2022 - fragiles.

Lire aussi

Alliances locales

"Un sursaut civique est probable", comme lors[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles