La bourse ferme dans 7 h 14 min
  • CAC 40

    6 532,79
    -45,81 (-0,70 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 067,32
    -35,27 (-0,86 %)
     
  • Dow Jones

    35 144,31
    +82,76 (+0,24 %)
     
  • EUR/USD

    1,1779
    -0,0029 (-0,25 %)
     
  • Gold future

    1 797,80
    -1,40 (-0,08 %)
     
  • BTC-EUR

    31 586,82
    -831,89 (-2,57 %)
     
  • CMC Crypto 200

    879,90
    -35,59 (-3,89 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,90
    -0,01 (-0,01 %)
     
  • DAX

    15 466,99
    -151,99 (-0,97 %)
     
  • FTSE 100

    6 959,63
    -65,80 (-0,94 %)
     
  • Nasdaq

    14 840,71
    +3,72 (+0,03 %)
     
  • S&P 500

    4 422,30
    +10,51 (+0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    27 970,22
    +136,93 (+0,49 %)
     
  • HANG SENG

    25 038,68
    -1 153,64 (-4,40 %)
     
  • GBP/USD

    1,3785
    -0,0039 (-0,28 %)
     

Régionales : les élus LREM réclament un "électrochoc" à la tête du parti

·2 min de lecture

En pleine déconfiture après les régionales, la formation macroniste n'échappera pas à un exercice d'inventaire. Déjà, les élus LREM réclament du changement. Le délégué général Stanislas Guérini pourrait en faire les frais...

Déni, colère, résignation. Mais aussi frustration, déception… De scrutin en scrutin, le même cycle se reproduit au sein de La République en marche, au gré des déconvenues électorales, sans que la formation présidentielle ne parvienne à enrayer sa lente marginalisation dans les territoires. Après la catastrophe des municipales – 2,2% des voix, aucune grande ville remportée – : nulle part, ses candidats ne sont parvenus à se hisser en tête du scrutin, et dans les Hauts-de-France, la région de Xavier Bertrand, le secrétaire d’Etat Laurent Pietraszewski est humilié, éliminé dès le premier tour avec 9,1% des voix, malgré le renfort de trois ministres, et non des moindres, Eric Dupond-Moretti, Gérald Darmanin et Agnès Pannier-Runacher. Une situation incompréhensible, et presque absurde, alors que La République en marche est le parti le plus riche de France, avec une dotation annuelle de 20,6 millions d’euros, et qu’il bénéficie .

Une petite PME sans ambition

Alors, encore une fois et sans trop y croire, les élus et les militants réclament un "électrochoc" à la tête du parti. "Il va falloir changer quelque chose", indique la députée européenne LREM Ilana Cicurel. "Sans chercher de bouc émissaire, il nous faut une direction avec plus de femmes, qui fasse davantage confiance aux territoires et aux militants, et qui affirme avec plus de clarté ce que nous sommes et les valeurs que nous portons." L’élue parisienne Anne-Christine Lang va plus loin et dénonce un fonctionnement archaïque de la formation présidentielle : "Nous avons basculé, peu à peu, dans une organisation extrêmement centralisée où les décisions sont prises dans un petit cénacle parisien, de façon confidentielle, sans que les élus y soient associés." Et cette ancienne élue PS de regretter "qu’en ayant érigé le Parti socialiste en contre-modèle absolu, on ait jeté avec l’eau du bain tout ce qui permettait à un parti de s’oxygéner : des débats, des motions, un dialogue interne."

Le cas de Stanislas Guérini divise[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles