Marchés français ouverture 4 h 59 min
  • Dow Jones

    33 876,97
    +586,89 (+1,76 %)
     
  • Nasdaq

    14 141,48
    +111,10 (+0,79 %)
     
  • Nikkei 225

    28 669,81
    +658,88 (+2,35 %)
     
  • EUR/USD

    1,1910
    -0,0014 (-0,12 %)
     
  • HANG SENG

    28 434,04
    -54,96 (-0,19 %)
     
  • BTC-EUR

    27 399,90
    -2 451,54 (-8,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    786,24
    -64,11 (-7,54 %)
     
  • S&P 500

    4 224,79
    +58,34 (+1,40 %)
     

Pas de régie publique pour le Sedif (eaux d'Ile-de-France)

·2 min de lecture

Ile-de-France: la gestion de l'eau potable va être confiée à des opérateurs privés.

Choisy-le-Roi, AFP - Le premier syndicat des eaux de France, le Sedif, qui approvisionne plus de quatre millions de Franciliens, a décidé jeudi 27 mai de continuer à concéder la gestion de l'eau potable à des opérateurs privés.

Les élus ont en outre rejeté la possibilité de diviser en deux lots ce marché sans équivalent, de quatre milliards d'euros sur 12 ans, ce qui aurait pu ouvrir la porte à deux délégataires.

Veolia, opérateur de l'établissement depuis cent ans, voit son contrat de délégation de service public (DSP) arriver à terme fin 2023. Les candidats au nouvel appel d'offres devraient être connus dès cet été, selon le Syndicat des eaux d'Ile-de-France, qui couvre une vaste part du pourtour de Paris.

Jeudi, les élus des 135 communes membres ont choisi, à 88% des votants, la concession plutôt que la régie en direct ou d'autres formules intermédiaires pour fournir les quelque 780.000 m3 d'eau quotidiens.

André Santini, président du Sedif depuis 1983, a cité des "difficultés de mise en place de la régie publique, compte tenu du volume des investissements futurs, avec un personnel bien plus conséquent (1.400), de nombreux marchés à passer".

"A l'échelle du Sedif, elle est inadaptée et peut devenir +aventureuse+", a estimé le maire (UDI) d'Issy-les-Moulineaux.

Sur fond de réflexion générale sur la gestion de l'eau et les enjeux de ressource, le Sedif avait confié pendant deux ans une mission sur son futur mode de gestion à un groupe d'experts et juristes sous la houlette d'un conseiller maître de la Cour des comptes.

Le bureau du syndicat a ainsi retenu l'idée de deux concessions: l'une pour la production d'eau, l'autre pour la distribution, une façon de pousser la concurrence et l'innovation.

Mais elle a été rejetée. "Pourquoi changer ce qui marche?", a résumé Richard Dell'Agnola, élu (LR) de Grand Orly Seine Bièvre.

"Veolia est prestataire depuis un siècle et je pensais qu'on pouvait +aérer+" la DSP, a déclaré à la presse après le vote André Santini, qui s'est [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles