Marchés français ouverture 2 h 25 min

Réforme des retraites : sept questions pour comprendre le débat sur les pensions de réversion

franceinfo
Le gouvernement entend remettre à plat ce système qui permet à un veuf ou à une veuve de percevoir une partie de la retraite de son conjoint défunt. Les syndicats craignent un nivellement par le bas.

La question, explosive, a émergé début juin. Dans un document destiné aux partenaires sociaux, le haut-commissaire Jean-Paul Delevoye, chargé d'une grande concertation en vue de la réforme des retraites, s'interrogeait : "Doit-on maintenir des pensions de réversion (...), avec quels objectifs et sur quels critères ?"

Depuis, l'exécutif tente d'éteindre l'incendie et de rassurer les principales bénéficiaires de ce système : les veuves, qui perçoivent une partie de la retraite de leur défunt mari. Les principales associations de retraités craignent malgré tout un nivellement par le bas du dispositif, créé pour réduire les inégalités entre hommes et femmes. Voici sept questions pour vous aider à mieux comprendre la polémique.

Qu’est-ce qu’une pension de réversion ?

C'est un dispositif qui permet au conjoint d'une personne décédée de toucher à vie une partie de la pension de son défunt partenaire. A l'origine, la pension de réversion a été créée pour les veuves des agents de la fonction publique. Puis elle a été étendue au secteur privé en 1945 et aux hommes veufs. Jusqu'en 1975, ce système était réservé aux personnes qui ne percevaient aucune retraite. A compter de cette date, les bénéficiaires ont pu cumuler une pension de réversion avec une retraite personnelle.

Combien de personnes en bénéficient ?

Les pensions de réversion ont bénéficié, en 2016, à 4,4 millions de personnes, sur plus de 17 millions de retraités en France, soit un quart d'entre eux. Les femmes représentent 89% des (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi