Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 934,17
    +6,74 (+0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 894,86
    +17,09 (+0,35 %)
     
  • Dow Jones

    39 087,38
    +90,99 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0839
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 091,60
    +36,90 (+1,80 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 403,80
    +246,67 (+0,43 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,81
    +1,55 (+1,98 %)
     
  • DAX

    17 735,07
    +56,88 (+0,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 682,50
    +52,48 (+0,69 %)
     
  • Nasdaq

    16 274,94
    +183,02 (+1,14 %)
     
  • S&P 500

    5 137,08
    +40,81 (+0,80 %)
     
  • Nikkei 225

    39 910,82
    +744,63 (+1,90 %)
     
  • HANG SENG

    16 589,44
    +78,00 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,2655
    +0,0029 (+0,23 %)
     

Réforme des retraites : pourquoi le RN donne l’impression de louper la bataille

Marine Le Pen, ici le 4 novembre à l’Assemblée nationale, ouvre finalement la porte à la constitutionnalisation de l’IVG.
ALAIN JOCARD / AFP Marine Le Pen, ici le 4 novembre à l’Assemblée nationale, ouvre finalement la porte à la constitutionnalisation de l’IVG.

Hormis un coup de chance sur la motion référendaire, les troupes lepénistes ont du mal à exister dans le débat. Les Français l’ont remarqué.

POLITIQUE - « Prendre la tête de l’opposition à la réforme des retraites ». Voici ce que claironnaient Marine Le Pen et ses lieutenants en amont de la présentation du texte porté par Élisabeth Borne. Objectif : s’opposer sans manifester, afin de cultiver l’image d’une formation sérieuse, débarrassée de son passé sulfureux pour mieux s’éloigner de la radicalité des insoumis.

« C’est toujours la même stratégie : la notabilisation. Ils ont besoin de démontrer qu’ils respectent les institutions », décrypte, auprès du HuffPost, un ministre influent. Sauf qu’entre une position subtilement attentiste et celle de figurant, les Français perçoivent bien la différence.

Dans une étude réalisée par YouGov pour Le HuffPost les 30 et 31 janvier, les sondés estiment que c’est la Nupes qui « qui incarne le mieux l’opposition à la réforme des retraites ». Et avec un score de cinq points supérieur à celui du RN qui, avec 20 %, occupe la deuxième place du podium.

Moins d’un amendement par député

Il faut dire que le groupe de Marine Le Pen, qui a elle-même changé de discours sur les retraites, n’a pas fait la démonstration d’une grande clarté lors des discussions en commission. D’autant que la liasse d’amendements frontistes n’était pas très épaisse, ni de nature à dissiper le brouillard : 75. Très loin des 5 950 déposés par la Nupes.

Un boulevard pour la gauche qui à beau jeu d’ironiser sur cette « opposition de pacotille » à la réforme des retraites. « Ils n’ont même pas réussi à avoir une idée par députés pour déposer des amendements, ils n’étaient que deux sur onze en commission pour s’opposer au texte du gouvernement », a taclé sur CNews mercredi 1er février le coordinateur de la France insoumise, Manuel Bompard.

Sur les réseaux sociaux, plusieurs députés Nupes siégeant à la commission des affaires sociales partagent des photos de sièges désertés par le RN, à l’image de Raquel Garrido, Nathalie Oziol ou François Ruffin.

Et il n’y a pas que la gauche qui accuse le Rassemblement national de rater le match. En commission, plusieurs députés de la majorité ont émis des critiques similaires. « Je sais que nos collègues du RN sont un peu jaloux parce que nous débattons beaucoup avec nos collègues de gauche », a souligné l’élue Renaissance Prisca Thévenot, avant d’attaquer : « Pourquoi ? Parce que vous n’avez strictement rien à proposer » (vidéo ci-dessous).

Seule bouffée d’oxygène, l’obtention d’une motion référendaire au nez et à la barbe de la Nupes, qui en avait déposé une quelques jours plus tôt. Un coup de chance qui a le mérite pour le parti d’extrême droite de ramener la coalition de gauche à ses vieux démons, mais qui aura du mal à cacher les signaux faibles qui interrogent la position alambiquée du Rassemblement national sur ce dossier.

Des législatives partielles ratées

Parmi eux, deux défaites douloureuses lors des élections législatives partielles dimanche 29 janvier. Une perte sèche avec Anne-Sophie Frigout qui n’a pas réussi à sauver son siège dans la Marne, et une défaite lourde de sens dans le Pas-de-Calais, département considéré comme le fief électoral du RN.

Malgré le déplacement de Marine Le Pen (élue dans ce même département) et de Jordan Bardella sur place, Auguste Évrard n’a récolté que 33 % au deuxième tour face à Bertrand Petit, socialiste parti sous les couleurs de la Nupes.

Pour tenter de reprendre la main, et alors que les syndicats qui organisent la contestation dans la rue ont annoncé que les élus d’extrême droite n’étaient pas les bienvenus dans les cortèges, Marine Le Pen et ses troupes affirment que la stratégie menée par la gauche à l’Assemblée nationale fait, en réalité, le jeu de l’exécutif.

« En déposant des milliers d’amendements, la Nupes va permettre au gouvernement de faire passer la réforme des retraites en première lecture, sans vote. Nous avions la possibilité de rejeter ce texte, mais leur stratégie stupide d’obstruction va nous en empêcher », a dénoncé Marine Le Pen sur Twitter, faisant fi des négociations en cours entre l’exécutif et Les Républicains pour assurer une majorité au texte à l’hémicycle.

VIDÉO - "On peut faire fléchir le gouvernement" : à Paris, les manifestants contre la réforme des retraites croient à la réussite du mouvement

 

Lire aussi

Réforme des retraites : les syndicats jouent leur va-tout pour inscrire le mouvement dans le temps

Nicolas Bay, lieutenant d’Éric Zemmour pourra être poursuivi pour provocation à la haine raciale