La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 983,79
    -109,17 (-0,32 %)
     
  • Nasdaq

    12 189,96
    +373,64 (+3,16 %)
     
  • Nikkei 225

    27 402,05
    +55,17 (+0,20 %)
     
  • EUR/USD

    1,0916
    -0,0078 (-0,71 %)
     
  • HANG SENG

    21 958,36
    -113,82 (-0,52 %)
     
  • BTC-EUR

    21 934,51
    +691,09 (+3,25 %)
     
  • CMC Crypto 200

    546,72
    +1,41 (+0,26 %)
     
  • S&P 500

    4 178,47
    +59,26 (+1,44 %)
     

Réforme des retraites: les fonctionnaires sont-ils vraiment épargnés par le gouvernement?

M. Mazars/Réa

La réforme, annoncée par la Première ministre Elisabeth Borne, le 10 janvier, ne touche pas aux règles de calcul des pensions dans le public. Seuls les âges de départ anticipé seront décalés.

C'est un sujet ô combien sensible, que le gouvernement avait déminé dès octobre. Contrairement à la réforme avortée de 2019, il n'est pas question, cette fois, de toucher aux règles spécifiques des fonctionnaires, dont les pensions pèsent un quart des dépenses de retraite, soit 80 milliards d'euros. Certes, comme l'a confirmé la Première ministre Elisabeth Borne, le 10 janvier, l'âge légal de départ sera porté à 64 ans comme pour tous les actifs. Mais le calcul de leur retraite restera basé sur leur rémunération des six derniers mois, et non sur les vingt-cinq meilleures années comme dans le privé. L'exécutif leur aurait-il fait une fleur? La réponse n'est pas si évidente.

En fait, selon une étude récente du ministère du Travail, les pensions des fonctionnaires nés en 1958 grimperaient de 1,5% en moyenne, si on leur appliquait les mêmes règles que dans le privé. Ce résultat contre-intuitif s'explique par le fait que la rémunération des six derniers mois prise en compte pour fixer la retraite des fonctionnaires n'inclut pas les primes et se limite au "traitement indiciaire" de base. Or, les primes représentent, en moyenne, près d'un quart de leur rémunération! En les intégrant au calcul, 62% des fonctionnaires seraient donc gagnants. Mais certaines catégories seraient pénalisées, au premier rang desquelles les enseignants.

Epargner les enseignants

"Comme ils touchent peu de primes et que leur rémunération atteint un point haut en fin de carrière, ils subiraient de plein fouet la règle des vingt-cinq meilleures années, ce serait inacceptable", avertit Mylène Jacquot, de la CFDT. Selon le Conseil d'orientation des retraites, en appliquant les règles du privé, les pensions des enseignants baisseraient de 12% pour la génération 1960 et même de 19% pour les jeunes nés en 2000. La perspective de grèves dans les écoles a sans doute incité le gouvernement à la prudence.

Lire aussiRéforme des retraites : quel calendrier jusqu'à sa mise en application ?

Autre subtilité: si le[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi