Marchés français ouverture 5 h 37 min

Réforme des retraites : il faut "retirer l'âge d'équilibre. Un point, c'est tout", estime Laurent Berger

franceinfo avec AFP

Favorable à un système universel par points, le secrétaire général de la CFDT est en revanche farouchement opposé à la mise en place de l'âge d'équilibre à 64 ans, une mesure d'allongement de la durée de cotisation.

La CFDT monte le ton contre le gouvernement sur le thème des retraites. Son secrétaire général Laurent Berger a notamment exprimé son opposition catégorique au principe d'un "âge d'équilibre", comme le prévoit le projet de réforme. "C'est très simple, explique-t-il dans dans un entretien au Journal du Dimanche, dimanche 15 décembre : pour que la CFDT porte un autre regard sur ce projet de loi, le gouvernement doit accepter de retirer l'âge d'équilibre. Un point, c'est tout."

L'âge, un casus belli pour la CFDT

Le Premier ministre Édouard Philippe, en effet, a annoncé la mise en place d'un "âge d'équilibre" à 64 ans, une mesure d'allongement de la durée de cotisation. Chacun pourra continuer à partir à la retraite à 62 ans, mais au prix d'un malus sur sa pension, ceux partant après bénéficiant au contraire d'un bonus. Mais Laurent Berger, lui, estime que "cela n'a aucun sens de conjuguer" réforme "systémique" et réforme "paramétrique", c'est-à-dire touchant à un des paramètres du système : l'âge ou la durée de cotisation.

C'est profondément injuste de demander à ceux qui sont nés en 1960 et qui doivent partir à la retraite en 2022 de travailler plus longtemps.

Cet "âge d'équilibre" est donc un point précis de mécontentement. En effet, Laurent Berger rappelle qu'il reste favorable à une transformation du système actuel en un "système universel" par points.

Je ne me laisserai pas coincer entre ceux, d'une part, qui disent qu'il faut faire disparaître cette réforme, et d'autre part, les technocrates de la comptabilité à tout crin, qui pensent que la réforme se résume à des moyennes et à des chiffres.

Edouard Philippe a lancé une invitation aux partenaires sociaux afin de participer à une réunion à Matignon "le plus tôt possible la semaine prochaine". Laurent Berger semble (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :

À lire aussi