Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 503,27
    -204,75 (-2,66 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 839,14
    -96,36 (-1,95 %)
     
  • Dow Jones

    38 587,49
    -59,61 (-0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0704
    -0,0038 (-0,35 %)
     
  • Gold future

    2 345,00
    +27,00 (+1,16 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 995,48
    -1 319,23 (-2,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 378,46
    -39,42 (-2,78 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,64
    +0,02 (+0,03 %)
     
  • DAX

    18 002,02
    -263,66 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    8 146,86
    -16,81 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    17 645,96
    -21,60 (-0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 423,64
    -10,10 (-0,19 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,85 (-0,94 %)
     
  • GBP/USD

    1,2689
    -0,0072 (-0,56 %)
     

Réforme des retraites : Emmanuel Macron, dans l’impasse, a trois options

En pleine gronde après le déclenchement de l’article 49-3 par Élisabeth Borne, le président devra tôt ou tard choisir entre la dissolution de l’Assemblée nationale, le remaniement ou l’accord de gouvernement. À moins de rester face au blocage.

POLITIQUE - Reculer, casser le mur ou l’aménager… Voilà, à gros traits, à quoi ressemblent les options d’Emmanuel Macron, pris dans l’impasse de la réforme des retraites, après son adoption au 49-3 et la motion de censure transpartisane qui n’est passée qu’à neuf voix de faire tomber son gouvernement.

S’il refuse de parler de « défaite », le président de la République est tout de même au pied du mur. Il a prévu de s’exprimer face aux Français mercredi 22 mars, lors des JT de 13 heures de TF1 et de France 2.

PUBLICITÉ

La contestation sociale n’est pas terminée : les organisations syndicales unies appellent à une 9e journée de mobilisation jeudi 23 mars et les rassemblements spontanés se multiplient dans les rues de France depuis le déclenchement de l’article 49-3.

Ajoutez à cela l’échec de l’accord avec LR pour l’adoption du texte et une majorité échaudée par la séquence, l’assise nécessaire pour gouverner n’en finit plus de se rétrécir pour le chef de l’État, qui n’a même pas encore passé la première année de son second quinquennat.

Reculer ou rester

Quelles options lui restent-ils en poche ? Nous en dénombrons trois. La première, la plus facile : le retrait. Reculer pour sortir de l’impasse en s’asseyant sur sa réforme phare ou alors en accélérant en marche arrière par une dissolution qui conduirait à de nouvelles élections législatives. Les sondages - dont il convient de se méfier tant les dissolutions sont imprévisibles - donnent une Assemblée nationale à peu près identique. Pas sûr qu’on soit plus avancé.

Seconde option : s’accommoder de l’impasse. C’est celle qui tient la corde si l’on en croit les fuites de la réunion de la majorité à l’Élysée ce mardi 21 mars, au cours de laquelle le président a exclu à ce stade tout « remaniement, référendum ou dissolution ». Cela reviendrait à conserver la situation politique telle quelle, tout en proposant des changements de façade : un remaniement, un changement de Première ministre ou tout simplement de nouveaux projets de loi ou une conférence sociale. Là encore, si le président s’arrête à une annonce de posture, ou à un « changement de méthode » déjà promis à maintes reprises, pas sûr que cela suffise à calmer les esprits.

Disruptif ou conservateur ?

Enfin dernière option, la plus surprenante et donc la plus disruptive, qui reviendrait à revenir aux fondamentaux du macronisme : continuer à casser la gauche et la droite pour aller au bout de sa logique du « en même temps ». Cela pourrait passer par un accord de gouvernement, souhaité par une partie de LR comme Rachida Dati ou Jean-François Copé et donc potentiellement la nomination de l’un d’entre eux à Matignon. Parmi les LR qui n’ont pas voté la motion de censure (42 députés) se trouve une sacrée réserve de voix pour la majorité relative.

Enfin, et c’est le scénario le moins probable, renverser la table et gouverner désormais sur sa gauche : avec un Premier ministre écologiste par exemple, qui mettrait en œuvre le programme de planification écologiste promis par Emmanuel Macron pendant sa campagne d’entre-deux-tours de 2022 afin de séduire l’électorat de gauche face à Marine Le Pen. Yannick Jadot pourrait être sur la liste. L’ancien candidat à la présidentielle a refusé en mai d’entrer au gouvernement, mais avec les mains libres et un poste de Premier ministre, sa position pourrait-elle évoluer ? Le président de la République avait en tout cas à l’époque déjà essuyé des refus pour Matignon, comme celui la députée socialiste Valérie Rabault

VIDÉO-Macron survit de justesse à la motion de censure