Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 094,97
    -7,36 (-0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 035,41
    -2,19 (-0,04 %)
     
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,33 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0850
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 335,20
    -2,00 (-0,09 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 576,19
    +182,75 (+0,29 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 447,08
    -21,02 (-1,43 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,80
    +0,93 (+1,21 %)
     
  • DAX

    18 693,37
    +2,05 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    8 317,59
    -21,64 (-0,26 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,76 (+1,10 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    38 646,11
    -457,11 (-1,17 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,77 (-1,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2739
    +0,0041 (+0,32 %)
     

Réforme des retraites : la deuxième demande de référendum déposée par la gauche rejetée

paris pao/Adobe Stock

Le Conseil constitutionnel a tranché pour la deuxième fois : il n'y aura pas de référendum d'initiative partagée (RIP). Les Sages ont rejeté ce mercredi 3 mai une deuxième demande de référendum sur les retraites que la gauche avait déposée in extremis, avant la promulgation de la très contestée réforme gouvernementale. Sans surprise, les Sages ont jugé que la proposition de référendum d'initiative partagée (RIP) portée par quelque 250 députés et sénateurs ne remplissait pas les critères requis. La gauche mise sur une prochaine étape à l'Assemblée nationale le 8 juin, jour d'examen d'une proposition de loi du groupe indépendant Liot pour abroger la réforme portant l'âge légal de départ à 64 ans.

Le "chemin démocratique" de cette réforme est terminé, avait encore affirmé mardi la Première ministre Élisabeth Borne, qui a fixé avec le président Emmanuel Macron une nouvelle feuille de route et veut continuer d'"agir". Le ministre du Travail Olivier Dussopt a répété devant le Sénat mercredi que "ce texte est légitime". Mais pas question de "tourner la page", répète l'alliance de gauche. Le deuxième RIP avait été initié in extremis le 13 avril par quelque 250 députés et sénateurs de gauche et indépendants. Le lendemain, le Conseil constitutionnel, sous la houlette de Laurent Fabius, avait validé l'essentiel de la réforme des retraites, dont le report de l'âge légal à 64 ans, et rejeté une première demande de RIP. La loi avait été promulguée dans la foulée par Emmanuel Macron, mais la (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Covid-19 : Jair Bolsonaro soupçonné d'avoir falsifié des certificats de vaccins, son domicile perquisitionné
Comment déclarer votre bien immobilier aux impôts, notre comparatif des cartes de fidélité pour vos courses… Le flash éco du jour
JO de Paris 2024 : plus de 200.000 candidatures reçues pour devenir bénévole
Un vaccin contre la bronchiolite approuvé, première mondiale
La Russie a établi un mur de mines pour déjouer la contre-offensive ukrainienne