La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 733,69
    +47,52 (+0,71 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 188,81
    +33,08 (+0,80 %)
     
  • Dow Jones

    35 677,02
    +73,94 (+0,21 %)
     
  • EUR/USD

    1,1646
    +0,0015 (+0,13 %)
     
  • Gold future

    1 793,10
    +11,20 (+0,63 %)
     
  • BTC-EUR

    51 995,09
    -874,64 (-1,65 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 453,34
    -49,69 (-3,31 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,98
    +1,48 (+1,79 %)
     
  • DAX

    15 542,98
    +70,42 (+0,46 %)
     
  • FTSE 100

    7 204,55
    +14,25 (+0,20 %)
     
  • Nasdaq

    15 090,20
    -125,50 (-0,82 %)
     
  • S&P 500

    4 544,90
    -4,88 (-0,11 %)
     
  • Nikkei 225

    28 804,85
    +96,27 (+0,34 %)
     
  • HANG SENG

    26 126,93
    +109,40 (+0,42 %)
     
  • GBP/USD

    1,3760
    -0,0036 (-0,26 %)
     

Réforme des retraites: la bombe à retardement du gouvernement

·2 min de lecture

Fin des régimes spéciaux, hausse des petites pensions, allongement de la durée de cotisation… L'Elysée distille depuis des semaines diverses pistes et promet des annonces. Repoussant un changement structurel à plus tard ?

La boutade fait glousser dans les couloirs des ministères. « La réforme des retraites ? Plus personne n'y croit sauf… le président de la République ! » Il faut dire que depuis des mois Un jour, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, lance que « certaines parties de la réforme » pourraient être reprises avant la fin du quinquennat. Le lendemain, le Premier ministre au vu de la situation sanitaire. A l'Elysée, on continue pourtant de promettre mezza voce que le discours du 12 juillet dans lequel Emmanuel Macron annonçait la suppression des régimes spéciaux, l'allongement de la durée de la vie active et la hausse des petites pensions à 1 000 euros reste d'actualité. « Patience , glisse son entourage. Les annonces du président sont prévues pour octobre. »

Calendrier serré

En fait, si Emmanuel Macron brûle d'envie de cocher la case « retraites » à son bilan avant 2022, les ténors de la majorité font tout pour l'en dissuader. Jean Castex, qui était conseiller social de Nicolas Sarkozy lors du report de l'âge légal à 62 ans en 2010, juge que le calendrier est trop serré pour mener une réforme en profondeur. François Bayrou suggère de plutôt placer le débat au cœur de la campagne présidentielle. Quant à Richard Ferrand, le président LREM de l'Assemblée nationale, il répète que ce serait « une excellente réforme de deuxième quinquennat » . Quant à Bruno Le Maire, contraint par son costume de ministre des Finances, il continue d'affirmer que la réforme est « nécessaire » , mais sans jamais s'avancer sur un timing précis. Le 10 septembre, le chef de l'Etat s'est lui-même gardé une marge de manœuvre en déclarant « on va faire ça quand on tombera les masques » . Depuis, chacun spécule sur l'évolution des indicateurs sanitaires.

Tactiquement, à six mois de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron a au moins trois raisons de relancer le chantier. D'abord, s'il supprime les régimes spéciaux ou allonge la durée de la vie active, il envoie un signal aux électeurs de droi[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles