Marchés français ouverture 4 h 45 min

Réforme des pensions de réversion : mauvais coup pour les retraités modestes, jackpot pour les plus aisés

La nouvelle formule des pensions de réversion répondra à un

Une refonte totale. La réforme des retraites du gouvernement prévoit de bouleverser les règles de la réversion, qui permet aux veufs de toucher une partie de la pension de leur conjoint décédé. Les règles de calcul seront ainsi remaniées pour les assurés nés après 1975 : le montant versé garantira au conjoint survivant un revenu égal à 70% des retraites totales du couple. De quoi mieux préserver son niveau de vie et répondre à "un objectif de solidarité", selon le gouvernement. Mais dans les faits, cette nouvelle formule sera moins favorable pour de nombreux retraités modestes, et profitera à l'inverse aux ménages aisés. L'exécutif prévoit aussi de durcir les conditions d'accès à la réversion, qui sera notamment coupée en cas de remariage du conjoint survivant.

Lire aussi Valeur du point de retraite : comment calculer votre future pension ?

La pension de réversion représente un enjeu majeur pour de nombreux retraités. Ils étaient 4,4 millions à en toucher une fin 2017 selon la Drees, dont 88% de femmes. De quoi augmenter leur pension de 630 euros bruts par mois en moyenne. Ce bonus répond à un double objectif : "[permettre] aux veuves de conserver un niveau de vie satisfaisant" et "[compenser], en partie, les différences de niveau de retraite entre les femmes et les hommes", expliquait dans un article publié en février 2019 Henri Sterdyniak, économiste à l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). La réversion doit ainsi éviter que les revenus de la conjointe survivante chutent trop brutalement après la mort de son époux. Ce filet de sécurité est d'autant plus nécessaire que la retraite des femmes est très souvent inférieure à celle de leur mari, leur carrière étant plus affectée par le mariage (à travers un temps partiel pour s'occuper des enfants par exemple).

Lire la suite