Marchés français ouverture 1 h 41 min
  • Dow Jones

    29 683,74
    +548,75 (+1,88 %)
     
  • Nasdaq

    11 051,64
    +222,13 (+2,05 %)
     
  • Nikkei 225

    26 433,41
    +259,43 (+0,99 %)
     
  • EUR/USD

    0,9683
    -0,0056 (-0,5713 %)
     
  • HANG SENG

    17 449,70
    +198,82 (+1,15 %)
     
  • BTC-EUR

    20 200,17
    +730,64 (+3,75 %)
     
  • CMC Crypto 200

    446,51
    +17,73 (+4,13 %)
     
  • S&P 500

    3 719,04
    +71,75 (+1,97 %)
     

Réforme de l'assurance chômage : pourquoi Macron peut s'inspirer du modèle canadien

AFP/Archives - Philippe LOPEZ

INTERVIEW - Alors que le gouvernement lance ce lundi une consultation dans le cadre de la loi Travail prévue à l'automne, Stéphane Carcillo, chef de la division Emploi et Revenus à l'OCDE, explique pourquoi la France peut s'inspirer du modèle canadien, notamment pour la réforme de l'assurance chômage. "La France ne souhaite pas jouer la carte de l’obligation", relève l'économiste qui appelle à réduire la durée de l'indemnisation, tout en exhortant les employeurs à se mettre "en ordre de bataille" pour améliorer les conditions de travail et la formation.

Pour atteindre d’ici 2027, promesse du candidat-président lors de la dernière présidentielle, Emmanuel Macron voit loin… et jusqu'en outre-Atlantique. Le gouvernement, qui doit proroger le premier volet de la réforme de l’assurance chômage, dont la date butoir (le 1er novembre) arrive à grands pas, planche sur une spécificité venue tout droit du Canada: à savoir, la modélisation de l’assurance chômage en fonction de l’état de santé économique de la région. "Le principe est simple: quand les choses vont très bien, il faut que les règles soient plus incitatives et quand les choses vont moins bien, il faut qu’elles soient plus protectrices", a expliqué le ministre du travail Olivier Dussopt mercredi dernier sur Franceinfo. Et ce n’est pas seulement son plus bas historique au mois de juin qui a attiré l’attention. Au pays de la feuille d'érable, 40% des demandeurs d’emploi le restent moins d’un mois …

Challenges - En France, le taux de chômage peine à descendre sous la barre des 7%. Comment l'expliquer ?

Stéphane Carcillo - En France, on marche à reculons. Quand notre économie est florissante et que l’on a les moyens, on a tendance à donner plus. Mais dès lors que la courbe s’inverse, on se retrouve contraint de serrer la ceinture. C’est tout le contraire de ce qu’il faudrait faire. En s’abstenant de créer des excédents durant les bonnes périodes en réduisant la durée d’indemnisation - entre autres 6 on ne se prépare pas assez bien aux mauvais jours. En somme, la France fonctionne perpétuellement comme si nous étions en temps de crise, et cela, à termes, génère de la dette. D’ailleurs, le régime français d’assurance chômage est un des plus généreux de l’OCDE: on ne compte que trois pays de l’organisation qui indemnisent au-delà de 24 mois.

La France ne souhaite pas jouer la carte de l’obligation, ni celle de la sanction, comme le font certains de nos voisins Européens. Au Danemark, aux Pays-Bas ou en Norvège, si l’indemnisation s’étend elle aussi sur deux ans, il ex[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi