La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 611,69
    -69,45 (-1,22 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 599,55
    -41,82 (-1,15 %)
     
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,26 (-0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2085
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 827,70
    -23,70 (-1,28 %)
     
  • BTC-EUR

    30 872,48
    +982,29 (+3,29 %)
     
  • CMC Crypto 200

    701,93
    -33,21 (-4,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,04
    -1,53 (-2,86 %)
     
  • DAX

    13 787,73
    -200,97 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    6 735,71
    -66,25 (-0,97 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,14 (-0,87 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    28 519,18
    -179,08 (-0,62 %)
     
  • HANG SENG

    28 573,86
    +77,00 (+0,27 %)
     
  • GBP/USD

    1,3583
    -0,0108 (-0,79 %)
     

Réforme de l'assurance chômage: Berger (CFDT) veut "repartir d'une feuille blanche"

·2 min de lecture

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a estimé mercredi qu'il fallait "repartir d'une feuille blanche" sur la réforme de l'assurance chômage, dont l'entrée en vigueur prévue le 1er avril "n'est pas crédible".

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a estimé mercredi qu'il fallait "repartir d'une feuille blanche" sur la réforme de l'assurance chômage, dont l'entrée en vigueur prévue le 1er avril "n'est pas crédible".

Plusieurs fois reportée depuis le début de l'épidémie de Covid-19, cette réforme défendue par l'exécutif est unanimement rejetée par les syndicats, d'autant plus que la crise sanitaire se prolonge.

"L'application des nouvelles règles au 1er avril n'est pas crédible", a déclaré M. Berger sur BFM Business.

"On va avoir un chômage qui augmente, en plus le gouvernement s'est fait retoquer au Conseil d'Etat" fin novembre sur deux points clés de la réforme, "donc je pense qu'il faut repartir d'une feuille blanche", a-t-il ajouté.

"S'attaquer à la précarité"

Le leader de la CFDT a jugé qu'"il faut s'attaquer à la précarité, mais surtout pas avoir une logique de réduction des droits des demandeurs d'emploi".

Il a ainsi souhaité "garder les quatre mois" de durée d'affiliation requis pour bénéficier de l'allocation chômage, au lieu des six mois prévus par la réforme.

La ministre du Travail, Elisabeth Borne, a de son côté assuré sur LCI que "le gouvernement veut aller au bout de cette réforme de l'assurance chômage" qui "reste absolument nécessaire".

Elle a cependant reconnu qu'"il faut évidemment adapter les paramètres pour tenir compte du contexte actuel".

(avec AFP)

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi