Marchés français ouverture 8 h 4 min
  • Dow Jones

    34 899,34
    -905,06 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    15 491,66
    -353,54 (-2,23 %)
     
  • Nikkei 225

    28 751,62
    -747,68 (-2,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,1294
    +0,0082 (+0,73 %)
     
  • HANG SENG

    24 080,52
    -659,68 (-2,67 %)
     
  • BTC-EUR

    50 668,25
    +2 012,64 (+4,14 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 365,60
    -89,81 (-6,17 %)
     
  • S&P 500

    4 594,62
    -106,84 (-2,27 %)
     

Réforme de l'adoption: limiter l'écart d'âge, un point essentiel pour Sonia Derory

·3 min de lecture

FAMILLE - Le 4 décembre, l’Assemblée nationale a adopté en première lecture la proposition de loi visant à réformer l’adoption, portée par les députés Monique Limon et Gilles Le Gendre. Le texte a pour objectif de faciliter le recours à l’adoption pour les parents candidats et de renforcer le statut de pupille de l’État. Il doit désormais être examiné au Sénat le 20 octobre.

Si la proposition n’a pas rencontré d’obstacles majeurs jusqu’ici, la suppression de son article 3 n’a pas été du goût de tout le monde. Celui-ci visait à inscrire dans la loi un écart d’âge maximum de 45 ans entre les adoptés et les adoptants. “Qu’il n’y ait pas d’écart d’âge, c’est faire en sorte que des enfants se retrouvent avec un fossé générationnel énorme entre les parents et ça pose plein de questions, notamment sur l’éducation, sur l’absence de grands-parents. Ça pose des problèmes aussi dans leur rapport au deuil”, déplore auprès du HuffPost LIFE la comédienne Sonia Derory, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo ci-dessus.

Atteinte de nanisme, elle a été adoptée par un couple à l’âge de 18 mois en tant qu’enfant à besoins spécifiques. Avec ses parents, Sonia Derory a 39 et 41 ans d’écart, ce qu’elle ne considère pas comme élever. Mais au moment de leur décès, la situation n’a pas été facile pour la jeune femme, alors âgée de 31 et de 35 ans. “On fait déjà le deuil de nos parents biologiques et se préparer de manière prématurée au deuil des parents adoptifs, c’est un peu précipité”, annonce la comédienne.

Une réforme qui ne se concentre pas sur l’enfant

C’est l’une des raisons qui l’ont poussée aujourd’hui à prendre la parole. Pour Sonia Derory, cette réforme de l’adoption ne se place pas assez du côté de l’enfant. “Le problème avec cette loi, c’est que l’on n’a pas interrogé les adultes adoptés”, regrette-t-elle. En se plaçant de leurs côtés, estime-t-elle, les députés auraient compris l’intérêt essentiel de faire perdurer cet article dans le projet de loi.

Si l’écart d’âge n’est plus mentionné dans le Code civil, il apparaît toutefois dans le code de l’action sociale et des familles (CASF). “La disposition déchue du Code civil est donc promue dans le CASF comme une nouvelle condition de délivrance de l’agrément, limitant le domaine de cette condition aux seules adoptions réclamant ce sésame”, précise Jérémy Houssier, professeur de droit, sur le site Dalloz Actualité. “Il me semble plus justifié d’introduire cette notion, déjà mise en oeuvre en pratique, dans les dispositions relatives à l’agrément en vue d’adoption qui figure dans le code de l’action sociale et des familles”, a justifié la rapporteure, Monique Limon, au moment de l’adoption du texte à l’Assemblée. Malgré cette position, Sonia Derory estime que cette mention avait toute sa place dans la réforme proposée.

Outre cette question, ce texte de loi autorise les couples non mariés à se tourner vers l’adoption, abaisse le temps de vie commune des couples candidats à un an ainsi que l’âge pour adopter à 26 ans.

À voir également sur Le HuffPost: Pourquoi il faut préparer parents et enfants adoptés au racisme

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles