Marchés français ouverture 8 min
  • Dow Jones

    35 258,61
    -36,15 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 021,81
    +124,47 (+0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    29 215,52
    +190,06 (+0,65 %)
     
  • EUR/USD

    1,1651
    +0,0032 (+0,28 %)
     
  • HANG SENG

    25 769,96
    +360,21 (+1,42 %)
     
  • BTC-EUR

    53 361,66
    -562,77 (-1,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 450,48
    -1,15 (-0,08 %)
     
  • S&P 500

    4 486,46
    +15,09 (+0,34 %)
     

Comment réduire les émissions de gaz à effet de serre avec notre alimentation?

·2 min de lecture

INTERVIEW- Marine Mandrila, Présidente de l’association Food Sweet food et du Refugee Food, et Harouna Sow, chef cuisinier du restaurant La Résidence (du Refugee Food Festival) à Ground Control à Paris, traiteur et chef formateur, nous expliquent leurs engagements écologiques et sociaux à travers la cuisine. Propos recueillis par Amandine Lepoutre, présidente du think tank Thinkers & Doers.

Thinkers & Doers - Marine Mandrila vous avez créé avec Louis Martin, le Refugee Food Festival, ouvert des restaurants, proposé des formations aux cuisiniers et commis réfugiés. Vous accompagnez également des chefs, des grands chefs comme Harouna Sow qui est avec vous aujourd’hui. Rassembler autour de la cuisine, d’où vient cette idée? À quel impératif majeur cela répond?

Marine Mandrila - L’idée nous est venue après avoir traversé 18 pays, de l’Iran à Cuba, en passant par le Japon, en allant systématiquement cuisiner et manger chez l’habitant, au gré de nos rencontres (série Very Food Trip diffusée sur Planète +)… Ces voyages culinaires extraordinaires nous ont fait prendre conscience de la puissance de la cuisine pour provoquer des rencontres, tisser des liens, transmettre son patrimoine culturel, se raconter, et donc pour rencontrer le monde de l’autre. Manger la cuisine de l’autre, c’est une manière de le découvrir, et finalement de l’accepter. Pour nous, rassembler autour de la cuisine, ça répond à l’urgence d’altruisme, l’urgence d’hospitalité.

Harouna Sow, vous avez, pendant la , décidé de piloter des cuisines qui permettaient d’apporter des aides alimentaires en quantité aux plus démunis. Est-ce que vous poursuivez ces actions solidaires aujourd’hui? Qu’est-ce que vous observez en termes d’urgence sociale à la sortie de cette crise?

Harouna Sow - Oui, on poursuit aujourd’hui l’action d’aide alimentaire, qui nous paraît essentielle. On essaye vraiment de cuisiner pour les plus fragiles de la même manière que l’on cuisine pour nos clients au restaurant tous les jours. C’est important pour nous de donner accès à tous, sans distinction, à une alimentation durable, de qualité et savoureuse. La vraie solution, qu’on essaie de mettre en place au quotidien avec nos différentes activités, c’est un accompagnement sur le long terme: un repas ne suffit pas. L’aide alimentaire est une solution d’urgence, un soutien qui doit rester passager, l’objectif est d’aller vers une[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles