La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 733,69
    +47,52 (+0,71 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 188,81
    +33,08 (+0,80 %)
     
  • Dow Jones

    35 677,02
    +73,94 (+0,21 %)
     
  • EUR/USD

    1,1646
    +0,0015 (+0,13 %)
     
  • Gold future

    1 793,10
    +11,20 (+0,63 %)
     
  • BTC-EUR

    52 436,03
    -424,23 (-0,80 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 453,34
    -49,69 (-3,31 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,98
    +1,48 (+1,79 %)
     
  • DAX

    15 542,98
    +70,42 (+0,46 %)
     
  • FTSE 100

    7 204,55
    +14,25 (+0,20 %)
     
  • Nasdaq

    15 090,20
    -125,50 (-0,82 %)
     
  • S&P 500

    4 544,90
    -4,88 (-0,11 %)
     
  • Nikkei 225

    28 804,85
    +96,27 (+0,34 %)
     
  • HANG SENG

    26 126,93
    +109,40 (+0,42 %)
     
  • GBP/USD

    1,3760
    -0,0036 (-0,26 %)
     

Réduction des visas accordés au Maroc et à l'Algérie : "On met nos menaces à exécution"

·1 min de lecture

Selon une information révélée par Europe 1 mardi, la France a fortement réduit le nombre de visas accordés à l'Algérie et au Maroc, mais également à la Tunisie. En cause, le fait que ces pays refusent de reprendre leurs ressortissants en situation irrégulière. Le chef de l'Etat a en effet décidé de diviser par deux le nombre de visas délivrés aux ressortissants algériens et marocains et de 30% pour les Tunisiens, en prenant 2020 comme année de référence.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

Invité de Sonia Mabrouk sur Europe Matin mardi, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, a confirmé cette information, expliquant les raisons qui ont poussé le gouvernement français à prendre cette décision. "Je vous confirme cette information, cette mesure qui a été prise. En 2018, nous avons adopté la loi asile et immigration (...) Le frein à cette efficacité et aux reconduites effectives, c’est le fait que des pays refusent les laissez-passer consulaires. A partir de là, on a eu un dialogue avec certains pays du Maghreb, puis des menaces. Et aujourd’hui on met ces menaces à exécution", a-t-il expliqué.

Exécutive "d'ici quelques semaines"

Dans le cas de l’Algérie, entre janvier et juillet 2021, la justice française a en effet ordonné 7731 obligations de quitter le territoire français et seulement 22 sont repartis chez eux, soit à peine plus de 0.2%. "C'est une décision drastique et inédite mais rendue nécessaire par le fait que ces pays n'acceptent pas...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles