Marchés français ouverture 2 h 24 min

Réduction d’impôt sur les dons : l’effet pervers du prélèvement à la source fait trembler les associations

Déjà pénalisées cette année par la transformation de l’ISF en IFI, les associations craignent une nouvelle baisse des dons en 2019, du fait du décalage de trésorerie que vont subir les personnes bénéficiant de la réduction d’impôt liée à ces actes de générosité.

Et voilà qu’un nouvel effet pervers du prélèvement à la source commence à faire surface… C’est au tour des associations de s’inquiéter de l’impact de cette réforme, qui sera mise en place à partir du 1er janvier prochain. Les personnes réalisant régulièrement des dons, et qui bénéficient à ce titre d’une réduction d’impôt, risquent en effet d’être pénalisées par le mode de calcul du taux d’imposition à la source.

Explication : le taux qui vous sera appliqué à partir de l’an prochain ne tiendra pas compte des réductions et crédit d’impôt, contrairement au système actuel. Les personnes bénéficiant de tels avantages fiscaux de manière récurrente verront donc leur impôt augmenter pendant les 8 premiers mois de l’année. Ce n’est qu’en septembre qu’ils verront leur situation régularisée, avec le versement du crédit ou de la réduction d’impôt. En clair, ils feront une belle avance de trésorerie au fisc...

Certes, le gouvernement a pris des mesures pour éviter que ce décalage ne pénalise les particuliers-employeurs, en leur octroyant un acompte dès janvier. Mais les autres réductions et crédits d’impôt ne sont pas concernés… En particulier la réduction octroyée aux personnes réalisant des dons, équivalente à 66% des sommes engagées dans la limite de 20% du revenu, pour les organismes d’intérêt général, voire 75% des dépenses, dans la limite de 531 euros en 2017, pour les organismes d'aide aux personnes en difficulté (Restos du coeur, Secours populaire…).

>> A lire aussi - Associations(...) Cliquez ici pour voir la suite