La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 568,82
    +87,23 (+1,35 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 109,10
    +50,05 (+1,23 %)
     
  • Dow Jones

    35 061,55
    +238,20 (+0,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,1770
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • Gold future

    1 802,10
    -3,30 (-0,18 %)
     
  • BTC-EUR

    29 369,55
    +443,20 (+1,53 %)
     
  • CMC Crypto 200

    786,33
    -7,40 (-0,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,17
    +0,26 (+0,36 %)
     
  • DAX

    15 669,29
    +154,75 (+1,00 %)
     
  • FTSE 100

    7 027,58
    +59,28 (+0,85 %)
     
  • Nasdaq

    14 836,99
    +152,39 (+1,04 %)
     
  • S&P 500

    4 411,79
    +44,31 (+1,01 %)
     
  • Nikkei 225

    27 548,00
    +159,80 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    27 321,98
    -401,86 (-1,45 %)
     
  • GBP/USD

    1,3754
    -0,0013 (-0,10 %)
     

Une "récupération" face à un "message politique" ? Le genou à terre des Bleus fait polémique

·1 min de lecture

Les Bleus affrontaient l’Allemagne mardi soir pour leur début de l'Euro. Outre la composition, la tactique, la rivalité historique contre la Mannschaft, l’avant-match de l’équipe de France a également été agité sur un terrain plus inattendu : la sphère politique. Car les Tricolores avaient décidé de poser un genou à terre avant le coup d'envoi du match, symbole de la lutte contre le racisme. Le capitaine Hugo Lloris l’avait annoncé à la veille de la rencontre en conférence de presse.

Ce geste vient des États-Unis et du mouvement Black Lives Matter, popularisé par le joueur de football Colin Kaepernick en 2016. Depuis la mort de George Floyd après une interpellation policière meurtrière en mai 2020 aux États-Unis, les joueurs américains ont pris l'habitude de reprendre ce geste, en soutien au mouvement. Il est depuis souvent vu sur les terrains européens, en Ligue des champions, mais aussi lors des matchs de préparation et pendant l’Euro. Les Anglais l’ont notamment fait lors du match contre la Croatie dimanche (1-1) et ont été sifflé par une partie du public.

Les Bleus se sont finalement ravisés. "On part du principe que si on doit le faire, toutes les nations doivent le faire, avec l’appui de l’UEFA. C’est le cas en Premier League. Tous les joueurs, tous les clubs avaient été concertés, le mouvement a été solidaire. Sur cette compétition, ça l’est moins. Mais ça ne veut pas dire qu’on ne soutient pas la cause", a simplement expliqué Hugo Lloris après la rencontre.

>> SO...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles