La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 765,52
    -30,23 (-0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 080,15
    -27,87 (-0,68 %)
     
  • Dow Jones

    34 580,08
    -59,72 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1317
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 782,10
    +0,10 (+0,01 %)
     
  • BTC-EUR

    43 159,37
    -893,19 (-2,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,14
    -74,62 (-5,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,22
    -0,04 (-0,06 %)
     
  • DAX

    15 169,98
    -93,12 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 122,32
    -6,89 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 085,47
    -295,83 (-1,92 %)
     
  • S&P 500

    4 538,43
    -38,67 (-0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    28 029,57
    +276,17 (+1,00 %)
     
  • HANG SENG

    23 766,69
    -22,21 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3235
    -0,0067 (-0,50 %)
     

Réconcilier Paris et Washington, c'est la mission de l'ambassadeur Philippe Etienne

·2 min de lecture

Depuis la tempête diplomatique provoquée par l'affaire des sous-marins australiens, les relations entre Emmanuel Macron et Joe Biden se sont apaisées. Rencontre avec l'ambassadeur à Washington, Philippe Etienne, témoin de leur "dialogue exigeant", qui a multiplié les vols transatlantiques au cours des derniers mois.

"Les derniers mois ont été agités." Ambassadeur de France à Washington depuis 2019, ne veut plus en rajouter sur la crise qui a secoué la relation entre l’Elysée et la Maison Blanche, et lui a fait faire beaucoup de vols transatlantiques. Il évoque néanmoins "une rupture de confiance avec nos alliés, et pas n’importe quels alliés!"

La situation est d’autant plus ironique qu’au printemps 2021, alors que l’Amérique commençait à sortir le nez du , il avait repris un projet interrompu pendant la pandémie. Faire venir du musée des Arts et Métiers de Paris "la petite sœur", comme il l’appelle, de la Statue de la Liberté. Une réplique en bronze, "symbole de l’amitié entre les peuples français et américain", qui doit rester dix ans de ce côté-ci de l’Atlantique. Haute de quatre mètres, elle a d’abord transité par New York, le 4 juillet, jour de la fête nationale, puis a pris place à Washington, dans le jardin de la résidence du diplomate, au 2.221 Kalorama Road, quartier ultrachic de la capitale, où résident les Obama et le patron d’Amazon, Jeff Bezos.

Le 14 juillet, la mini-Miss Liberty trônait devant la fine fleur de Capitol Hill, accourue au pince-fesses du Français, y compris le secrétaire d’Etat Antony Blinken, qui a fait fureur avec son français impeccable et son apparente francophilie, reste d’une enfance passée dans le Paris germanopratin. Ce jour-là, l’heure était aux déclarations vibrantes sur le renouveau de la relation franco-américaine, malmenée sous Donald Trump.

L'affaire des "sous-marins australiens" marque une rupture

Mais patatras, un mois plus tard, démontre que l’Oncle Sam ne communique pas autant que ses alliés le souhaiteraient. Pis, mi-septembre éclate . A la surprise générale, Canberra annule brutalement un contrat de 52 milliards d’euros signé avec Paris en 2019. C’est Washington qui rafle la mise. Philippe Etienne est immédiatement rappelé par l’Elysée, un geste de colère, totalement inédit entre les deux puissances. Lui qui a été sherpa d’Emmanu[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles