La bourse ferme dans 15 min
  • CAC 40

    6 672,25
    -40,23 (-0,60 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 938,91
    -23,50 (-0,59 %)
     
  • Dow Jones

    34 099,64
    -247,39 (-0,72 %)
     
  • EUR/USD

    1,0396
    -0,0009 (-0,08 %)
     
  • Gold future

    1 743,70
    -10,30 (-0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    15 507,50
    -556,39 (-3,46 %)
     
  • CMC Crypto 200

    377,25
    -3,04 (-0,80 %)
     
  • Pétrole WTI

    75,69
    -0,59 (-0,77 %)
     
  • DAX

    14 400,45
    -140,93 (-0,97 %)
     
  • FTSE 100

    7 489,32
    +2,65 (+0,04 %)
     
  • Nasdaq

    11 135,38
    -90,98 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    3 991,40
    -34,72 (-0,86 %)
     
  • Nikkei 225

    28 162,83
    -120,20 (-0,42 %)
     
  • HANG SENG

    17 297,94
    -275,64 (-1,57 %)
     
  • GBP/USD

    1,2021
    -0,0069 (-0,57 %)
     

Réacteurs nucléaires à l'arrêt: EDF veut industrialiser les travaux contre la corrosion

AFP/Archives - PHILIPPE DESMAZES

Il y a 4 jours, EDF annonçait la fermeture de deux réacteurs nucléaires supplémentaires en raison de la corrosion. Un arrêt contraint qui réduit davantage la production électrique cet hiver. Pour réduire ces interruptions, l'énergéticien souhaite industrialiser et standardiser travaux liés aux problèmes de corrosion.

L'industrialisation des réparations sauvera-t-elle l'hiver ? EDF veut industrialiser et standardiser les travaux liés aux problèmes de corrosion détectés dans certaines centrales nucléaires afin de réduire les durées d'arrêts des réacteurs concernés, a déclaré mardi Régis Clément, directeur adjoint de la direction "production nucléaire" de l'électricien public.

Pénalisé par ces problèmes de corrosion et par des opérations de maintenance classiques sur son parc nucléaire, EDF est engagé dans une course contre-la-montre pour remettre en service un maximum de réacteurs et produire suffisamment d'électricité cet hiver dans un contexte de crise énergétique européenne.

Le groupe a cependant dû abaisser jeudi sa prévision de production nucléaire en France pour 2022 en raison de l'impact des grèves sur la maintenance de ses centrales et de l'allongement de la durée d'arrêt de quatre réacteurs pour des réparations liées aux corrosions.

Standardiser pour maîtriser l'impact

EDF compte tirer les enseignements des contrôles et réparations déjà réalisés dans certaines centrales, notamment en remplaçant des tronçons complets de tuyauterie à chaque fois qu'il le faudra et non en procédant soudure par soudure comme il l'a fait dans certains cas. Il veut également intégrer en 2023 à son plan de maintenance courante une nouvelle technologie de contrôle par ultrasons permettant de ne pas avoir à découper les tuyauteries.

"On est dans une phase où c'est l'industrialisation et la standardisation qui est la clé devant nous pour maîtriser l'impact [des corrosions] et faire progressivement rentrer le dossier dans les activités dites 'courantes' de maintenance qu'on va réaliser sur nos arrêts programmés", a déclaré Régis Clément lors d'une conférence de presse. "Les chantiers doivent faire l'objet d'un maximum de recopies, c'est-à-dire que les équipes industrielles engagées sur une réparation doivent avoir un schéma qui se reproduit de réacteur en réacteur. Ça permet d'être plus efficace et [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi