La bourse est fermée
  • CAC 40

    4 909,64
    +58,26 (+1,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 198,86
    +27,45 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    28 335,57
    -28,09 (-0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1868
    +0,0042 (+0,3560 %)
     
  • Gold future

    1 903,40
    -1,20 (-0,06 %)
     
  • BTC-EUR

    10 962,13
    -259,90 (-2,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    260,05
    -1,40 (-0,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    39,78
    -0,86 (-2,12 %)
     
  • DAX

    12 645,75
    +102,69 (+0,82 %)
     
  • FTSE 100

    5 860,28
    +74,63 (+1,29 %)
     
  • Nasdaq

    11 548,28
    +42,28 (+0,37 %)
     
  • S&P 500

    3 465,39
    +11,90 (+0,34 %)
     
  • Nikkei 225

    23 516,59
    +42,32 (+0,18 %)
     
  • HANG SENG

    24 918,78
    +132,65 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,3038
    -0,0042 (-0,3207 %)
     

Un réacteur d'avion imprimé en 3D

Jonathan Sare, Futura
·1 min de lecture

C’est une prouesse technique que de pouvoir imprimer en 3D un objet aussi complexe qu’un réacteur d’avion. Il a fallu plusieurs années aux ingénieurs de GE Aviation pour réussir cet exploit. Ce réacteur d'environ 30 cm de long est de plus fonctionnel : il a pu, durant le test, tourner jusqu’à 33.000 tours minute. Pour concevoir ce réacteur d'un genre particulier, GE Aviation a utilisé la technique du Direct Laser Metal Melting (DLMM).

Le DLMM est une technique d'impression 3D additive. Une fine couche de poudre métallique est disposée sur un support plat puis un laser vient imprimer une couche de la pièce à construire par effet thermique. Une autre couche de poudre est ajoutée et le processus recommence jusqu’a la fabrication complète de l'objet. Cette technique est très rapide et permet de concevoir des pièces aux formes très complexes, impossibles à fabriquer dans d’autres conditions.

© GE Aviation

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura