La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0798
    -0,0113 (-1,04 %)
     
  • Gold future

    1 877,70
    -53,10 (-2,75 %)
     
  • BTC-EUR

    21 629,49
    -66,12 (-0,30 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

La réélection de Didier Decoin à l'Académie Goncourt met fin à la polémique

Sipa

Le président de l'Académie Goncourt Didier Decoin a été réélu à l'unanimité des voix sauf une. Le vote a eu lieu chez Drouant. Il met fin à une querelle qui divisait l'Académie depuis l'attribution du prix Goncourt 2022 et le voyage à Beyrouth d'une partie des jurés malgré les propos antisionistes du ministre libanais de la culture.

Chez Drouant, on a plus l’habitude des portes feutrées que des portes qui claquent. C’est pourtant bien ce qu'il s’était passé en novembre dernier au moment de l’attribution du prix Goncourt 2022. L’événement était programmé à Beyrouth où se tenait le salon du livre francophone organisé par l’ambassade de France. Mais le ministre libanais de la culture Mohammad Mourtada, proche du mouvement chiite Amal, un allié du groupe pro-iranien Hezbollah, écrit un message sur Facebook : "je ne permettrais pas à des sionistes de venir parmi nous et de répandre le venin du sionisme au Liban." De tels propos sont impensables en France. Le Liban et Israël sont toujours en état de guerre et certains partis politiques libanais affichent un antisionisme virulent. Cruel dilemme pour l’Académie Goncourt : faut-il aller malgré tout à Beyrouth pour défendre les livres ou faut-il boycotter l’événement et manifester ouvertement sa réprobation. Les dix membres se divisent en deux clans irréconciliables, cinq d'un côté, cinq de l’autre. Cinq académiciens font finalement le voyage à Beyrouth, notamment Didier Decoin, le président, Philippe Claudel, le secrétaire et Camille Laurens la trésorière ainsi que Paule Constant, pour annoncer les quatre finalistes, les autres restent en France.

Giuliano da Empoli contre Brigitte Giraud

Quelques semaines plus tard, la querelle rebondit, cette fois-ci à propos du lauréat définitif. Cinq candidats votent pour "Le Mage du Kremlin" de Giuliano da Empoli, cinq pour "Vivre vite" de Brigitte Giraud. Les anti-voyages au Liban (Tahar Ben Jelloun, Pierre Assouline, Pascal Bruckner, Patrick Rambaud et Eric-Emmanuel Schmitt) ont tous voté Empoli tandis que les cinq partisans du voyage se retrouvent du côté de Brigitte Giraud. Il a fallu pas moins de 14 tours de scrutin avant que Didier Decoin tranche en faisant jouer sa voix qui compte double en tant que président. Brigitte Giraud devient ainsi la 13ème femme (105 hommes) à obtenir le prix depuis 1903. Aussitôt, T[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi