La bourse ferme dans 5 h 54 min
  • CAC 40

    5 959,24
    +165,09 (+2,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 436,07
    +93,90 (+2,81 %)
     
  • Dow Jones

    29 490,89
    +765,38 (+2,66 %)
     
  • EUR/USD

    0,9871
    +0,0044 (+0,44 %)
     
  • Gold future

    1 716,00
    +14,00 (+0,82 %)
     
  • BTC-EUR

    20 174,28
    +581,52 (+2,97 %)
     
  • CMC Crypto 200

    452,43
    +17,08 (+3,92 %)
     
  • Pétrole WTI

    84,19
    +0,56 (+0,67 %)
     
  • DAX

    12 514,27
    +304,79 (+2,50 %)
     
  • FTSE 100

    7 012,11
    +103,35 (+1,50 %)
     
  • Nasdaq

    10 815,43
    +239,82 (+2,27 %)
     
  • S&P 500

    3 678,43
    +92,81 (+2,59 %)
     
  • Nikkei 225

    26 992,21
    +776,42 (+2,96 %)
     
  • HANG SENG

    17 079,51
    -143,32 (-0,83 %)
     
  • GBP/USD

    1,1338
    +0,0019 (+0,17 %)
     

Rémunération: et si on supprimait les variables et les stock-options?

© Stéphane Lagoutte pour Challenges

SCENARIOS DE RUPTURE (26/35) - Dans la finance, la rémunération variable est devenue le symbole et l'étalon de la valeur d'un individu. Et si elle était supprimée? Pour Nicolas Théry, président de Crédit mutuel Alliance Fédérale, la performance doit se traduire dans le salaire fixe.

Cet été, Challenges vous propose un bond dans le futur. Nous publions, dans le cadre de , des projections, en version résumée et rééditée, réalisées par la , une équipe d'auteurs de science-fiction réunie par l'Agence d'innovation de la défense, mais aussi des scénarios imaginés par nos soins, écrits par des spécialistes, des contributeurs extérieurs, ou encore imaginés par notre partenaire The Economist. Bonne lecture!

L'idée provoquerait des tremblements au Wall Street boy le plus hardi. Dans les représentations que l'on se fait de la finance, la rémunération variable sert à la fois d'incitation et de récompense justifiant les nuits blanches, les litres de mauvais café et les cultures d'entreprise abrasives. Quant aux stock-options, elles séparent l'aristocratie des associés du lumpenprolétariat sous ses ordres. Supprimez-les, et vous cassez les outils qui distinguent le mérite et le rang.

Lire aussi

Pourtant, telle a toujours été la culture au sein du : le variable, sous forme d'un intéressement, est le même pour les 72.800 collaborateurs de la banque. Et personne ne touche de stock-options. Nicolas Théry, président de Crédit mutuel Alliance fédérale depuis 2016, a généralisé la pratique au top management du groupe. A commencer par lui-même: 900.000 euros par an quels que soient les résultats. Certes, n'a pas la réputation de grand fauve que partagent la Société générale et BNP Paribas, mais, pour un établissement financier qui a enregistré plus de 3,5 milliards de bénéfices en 2021, en hausse de 39% par rapport à 2020, la démarche est unique en France.

Personnage singulier

Nicolas Théry assume. "Le variable annuel d'un dirigeant ne peut pas être le signe de la santé d'une entreprise, souligne-t-il entre deux gorgées de café, un matin ensoleillé de juin. Tout simplement parce que les conséquences bénéfiques ou désastreuses d'une gouvernance ne se perçoivent pas immédiatement. La performance s'apprécie via l'évaluation d'un bilan global, et cela se traduit dans [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi