La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 553,86
    +9,19 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 776,81
    +19,76 (+0,53 %)
     
  • Dow Jones

    33 761,05
    +424,38 (+1,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,0257
    -0,0068 (-0,66 %)
     
  • Gold future

    1 818,90
    +11,70 (+0,65 %)
     
  • BTC-EUR

    23 793,32
    +507,31 (+2,18 %)
     
  • CMC Crypto 200

    574,64
    +3,36 (+0,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    91,88
    -2,46 (-2,61 %)
     
  • DAX

    13 795,85
    +101,34 (+0,74 %)
     
  • FTSE 100

    7 500,89
    +34,98 (+0,47 %)
     
  • Nasdaq

    13 047,19
    +267,27 (+2,09 %)
     
  • S&P 500

    4 280,15
    +72,88 (+1,73 %)
     
  • Nikkei 225

    28 546,98
    +727,65 (+2,62 %)
     
  • HANG SENG

    20 175,62
    +93,19 (+0,46 %)
     
  • GBP/USD

    1,2139
    -0,0064 (-0,52 %)
     

Ce qu'il faut retenir du plan de l'Union européenne pour affronter un hiver sans gaz russe

Les 27 ministres de l'Energie de l'Union européenne se sont accordés sur un plan d’urgence en cas d'embargo total du gaz russe cet hiver. Les Etats-membres se sont mis d’accord pour réduire de 15% leur consommation de gaz mais avec de nombreuses dérogations.

Réduire la consommation de gaz des Etats membres de l'Union européenne de 15% dès le mois d’août et jusqu’en mars 2023. C’est la mesure phare du plan d’urgence européen pour faire face à une pénurie de gaz russe cet hiver, des ministres de l’Energie des 27 Etats-membres, mardi 26 juillet. L'objectif: économiser entre 30 et 45 milliards de mètres cubes de gaz à l'échelle européenne et atténuer ainsi la dépendance de l'UE vis-à-vis de Moscou.

Présenté le 20 juillet par la Commission européenne, ce plan a été âprement discuté puis finalement largement amendé par les Etats européens, même si sa vocation reste toujours de voler au secours des pays les plus consommateurs de gaz russe -en particulier l'Allemagne. Avec un fil conducteur: que les 27 économisent leurs ressources et remplissent au maximum leurs réserves pour pouvoir les partager avec les plus vulnérables. Car l’Europe, qui a montré les muscles quand Vladimir Poutine a décidé d’envahir l’Ukraine, est bien consciente qu’elle est très exposée.

Dépendance variable des Etats membres à Moscou

Le à 400 milliards de mètres cubes la consommation annuelle de gaz de l’UE, dont 145 milliards proviennent de la Russie. Mais certains pays européens sont plus vulnérables que d’autres. Toujours selon l'institution, une sanction de Moscou pourrait frapper 40% de la consommation gazière de la Hongrie, la Slovaquie et la République tchèque, faisant ainsi baisser leur croissance de 6%. Un véritable coup de bambou sur les économies de l’Europe de l’Est mais aussi de l’Allemagne (contre 55% avant la guerre).

Pourcentage de gaz russe dans la consommation des pays européens, en 2020. Crédit : SOPHIE RAMIS, SYLVIE HUSSON / AFP
Pourcentage de gaz russe dans la consommation des pays européens, en 2020. Crédit : SOPHIE RAMIS, SYLVIE HUSSON / AFP

Une négociation ardue entre les Etats-membres

Si le plan d’urgence a été voté très rapidement, les négociations ont été rudes. La France s'est notamment exprimée contre la réduction systématique pour tous les pays peu après l’annonce de la Commission. “Nous sommes capables de passer l’hiver sans gaz russe”, assure Thierry Chapuis, délégué général de l’Association française du gaz (AFGAZ). Grâce à un stockage important -de l’[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles