Marchés français ouverture 7 h 58 min
  • Dow Jones

    29 926,94
    -346,96 (-1,15 %)
     
  • Nasdaq

    11 073,31
    -75,29 (-0,68 %)
     
  • Nikkei 225

    27 311,30
    +190,80 (+0,70 %)
     
  • EUR/USD

    0,9794
    -0,0090 (-0,91 %)
     
  • HANG SENG

    18 012,15
    -75,85 (-0,42 %)
     
  • BTC-EUR

    20 331,97
    -424,03 (-2,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    456,11
    -7,01 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 744,52
    -38,76 (-1,02 %)
     

Quick commerce: l'implantation des dark stores sera bientôt encadrée, une victoire pour les villes

SP

D’ici quelques jours, le gouvernement va prendre un arrêté qui permettra aux mairies de mieux encadrer, voire de fermer, des dark stores. Une victoire surprise pour les grandes villes.

Les élus locaux avaient le sourire en sortant de la réunion de travail au ministère de la Transition écologique. Au programme de ce mardi 6 septembre, une concertation avec , ministre délégué à la Ville, et , ministre chargée du commerce, sur le sujet brûlant des “dark stores”. Ces lieux de stockage aux vitres opaques se sont multipliés dans les centres des grandes villes depuis les confinements de 2020, au grand dam des mairies. Dans un décret prévu dans les prochains jours, les dark stores seront officiellement considérés comme des entrepôts, et non plus des commerces. Une victoire pour les villes qui vont pouvoir limiter leurs installations. “Les dark stores, c’est peut-être la fin dans les centres villes”, a ainsi résumé Olivier Klein.

Lire aussi

Des nuisances pour les villes et les riverains

Les dark stores sont exploités par les applications comme Gorillas, Getir ou encore Flink, pour stocker toutes sortes de produits et vous livrer en scooter des courses d’appoint en moins de 15 minutes. En France, on compte entre 150 et 200 de ces “magasins fantômes”, qui prennent souvent la place d’anciens commerces, sans accueillir de public. Un marché florissant qui généré 122 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2021, en croissance de 86% sur un an, mais qui n’est pas sans conséquences pour les habitants.

Nuisances sonores, menace pour les commerces de proximité, conditions de travail difficiles pour les livreurs... Le sujet de l'implantation de ces dark stores virait jusqu’ici à un casse-tête pour les villes. Ces établissements ont profité du flou juridique autour de la réglementation du quick commerce pour s’installer à Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux ou encore Nantes. Ce débat d’urbanisme un brin technique a toute son importance, car considérer les dark stores comme des entrepôts permet aux villes de mieux encadrer leur implantation. Par exemple, dans les règles d'urbanisme de Paris, un entrepôt n'a pas le droit d'être implanté au rez-de-chaussée dans une immeu[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi