Marchés français ouverture 2 h 53 min
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,93 (+0,45 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,94 (-0,52 %)
     
  • Nikkei 225

    28 140,81
    -142,22 (-0,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,0359
    -0,0045 (-0,44 %)
     
  • HANG SENG

    17 225,41
    -348,17 (-1,98 %)
     
  • BTC-EUR

    15 650,27
    -457,41 (-2,84 %)
     
  • CMC Crypto 200

    380,20
    -2,46 (-0,64 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     

Qui est Do Kwon, le “gourou” des cryptomonnaies ciblé par Interpol ?

Capture Linkedin Do Kwon
Capture Linkedin Do Kwon

Le crash des cryptomonnaies qu'il a créées a fait perdre 40 milliards de dollars aux investisseurs et ruiné des milliers de personnes.

La descente aux enfers de Do Kwon se poursuit. À 31 ans, le fondateur de la blockchain Terra est désormais ciblé par Interpol qui a diffusé une notice rouge pour le retrouver, c'est-à-dire que demande aux services chargés de l’application de la loi du monde entier de localiser et de procéder à son arrestation provisoire dans l’attente de son extradition, précise Interpol.

Avant d'être l'une des personnes les plus détestées de Corée du Sud, Do Kwon s'est bâti une solide réputation. Il obtient un diplôme d’ingénieur informatique de la prestigieuse université américaine de Stanford à 24 ans seulement, puis travaille chez Microsoft et Apple.

L'une des cryptomonnaies les plus importantes

Au bout de trois ans, ce génie de l'informatique se lance dans les cryptomonnaies. L'une, Terra USD, est un "stablecoin", c'est-à-dire dont la valeur ne bouge quasiment pas car elles sont généralement indexées à des devises réelles peu volatiles, comme le dollar. Sauf que Do Kwon indexe "Terra USD" sur la valeur de son autre cryptomonnaie, baptisée "Luna".

Le succès est au rendez-vous puisqu'en avril 2022, la valeur du Terra avait atteint son plus haut niveau. Selon CoinMarketCap, le "Terra" est le quatrième stablecoin le plus important et la dixième principale cryptomonnaie en termes de valeur marchande. Un succès qu'il doit notamment à son CV, mais aussi à sa personnalité, qui a contribué à attirer les fans.

"Presque comme le gourou financier d’une secte"

Quand une économiste remet en cause le fonctionnement de ses algorithmes, censés assurer la stabilité de ses cryptomonnaies, il réplique “je ne discute pas avec les pauvres”, relève France 24. À un investisseur qui demande d’où viennent les centaines de millions de dollars que Do Kwon affirme détenir en réserve pour assurer les arrières de TerraUSD, il répond “de ta mère bien sûr”.

“Il était presque comme le gourou financier d’une secte”, analyse Donghwan Kim, un conseiller sud-coréen en investissement interrogé par le Financial Times. Au point que les plus fanatiques de Do Kwon se faisaient même appeler les “Lunatics”. Parmi eux, Mike Novogratz, PDG du fonds d’investissement Galaxy Investment Partners, s’est même fait faire un tatouage à la gloire du Luna, cryptomonnaie lancée par Do Kwon.

La valeur tombe à zéro

Le monde de Do Kwon s'effondre au printemps 2022. Fort de sa popularité, il tente d'attirer de nouveaux investisseurs et propose un programme qui rémunère les possesseurs de "Terra USD" au taux hallucinant de 20% par an.

Les investisseurs, petits et gros, affluent, et davantage de "Terra USD" se retrouvent sur le marché. Les algorithmes, censés stabiliser la valeur, ne fonctionnent pas et les deux monnaies, "Terra" et "Luna" voient leur valeur plonger jusqu'à zéro.

40 milliards perdus par les investisseurs

Avec Do Kwon sombrent des investisseurs, petits et grands, qui perdent des milliards : selon les autorités, près de 200 000 personnes ont perdu de l’argent en investissant dans Luna ou TerraUSD. Ainsi, Hashed, un puissant fonds d’investissement spécialisé dans les actifs numériques, a perdu trois milliards de dollars.

Suite au crash, 40 milliards de dollars sont perdus par les investisseurs et plus de 500 milliards sur le marché des cryptomonnaies.

Introuvable depuis août, mais actif sur Twitter

Cet effondrement a conduit un tribunal sud-coréen à émettre un mandat d'arrêt à son encontre, pour violation des règles boursières et fraude. Mais la justice sud-coréenne ne parvient pas à mettre la main sur Do Kwon, ailleurs que sur Twitter où il assure "ne pas être en fuite".

Toujours introuvable, la justice sud-coréenne a demandé l'aide d'Interpol pour arrêter Do Kwon, avec l'émission d'une notice rouge, restreignant ainsi ses déplacements internationaux.

VIDÉO - Arnaque à la cryptomonnaie : 300 personnes auraient été volées par un influenceur, une enquête ouverte