Marchés français ouverture 7 h 18 min
  • Dow Jones

    35 227,03
    +646,95 (+1,87 %)
     
  • Nasdaq

    15 225,15
    +139,68 (+0,93 %)
     
  • Nikkei 225

    27 977,77
    +50,40 (+0,18 %)
     
  • EUR/USD

    1,1285
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • HANG SENG

    23 349,38
    -417,31 (-1,76 %)
     
  • BTC-EUR

    44 879,86
    +1 310,68 (+3,01 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 311,50
    +51,34 (+4,07 %)
     
  • S&P 500

    4 591,67
    +53,24 (+1,17 %)
     

Quels biais cognitifs influencent les levées de fonds des femmes?

·2 min de lecture

L'écart entre les levées de fonds réalisées par les hommes et les femmes dans les start-up françaises est de 2,3. L'association Sista a invité des chercheurs à s'exprimer devant des VC pour comprendre les biais cognitifs sexistes des investisseurs en cause dans ces écarts et comment les changer.

C’est un des "gender gaps" les moins connus. L’écart moyen entre les fonds levés par les start-up montées par des femmes et celui des start-up cofondées par des hommes est de 2,3, d’après le deuxième baromètre de Sista, du BCG et du Conseil national du numérique paru en juin 2021. Une légère progression par rapport à 2020. Mais seulement 3% des start-up exclusivement féminines ont été financées par du capital-risque, contre 84% de celles 100% masculines. Elles ne sont plus que 2% dans les levées de fonds comprises entre 10 et 50 millions et aucune dans celles de 100 millions et plus. De l’autre côté des cordons de la bourse, le résultat est à peine plus élevé. En Europe, le fonds moyen dirigé par des femmes est de 10 millions d’euros en moyenne, soit 7 fois moins en moyenne que celui de ses confrères, d’après une récente étude Sifted. De quoi se réjouir que Revaia Capital (ex-Gaia Capital) ait levé 250 millions d’euros en septembre dernier, un montant au-dessus des espérances de ses deux cofondatrices.

D’où vient cet écart entre les montants des levées de fonds masculines et féminines? L’une des causes est liée à un des problèmes majeurs de l’économie: les agents rationnels ne le sont pas tant que ça, ils sont soumis à des biais cognitifs. Parmi ces biais, le sexe et le genre font partie des plus courants. avec trois chercheurs afin d’apprendre à les déjouer à un parterre d’investisseurs issus des plus gros fonds d’investissements parisiens, les Sista Investors Allies. L’événement a eu lieu à huis clos, loin des oreilles des journalistes... Mais foi de chercheurs en sciences sociales, "ils ont été réceptifs à la science et nous ont posé beaucoup de questions à la fin de la table ronde", expliquent Nicolas Jacquemet, professeur et directeur d’une chaire à PSE, et Audrey Breton, docteure en neurosciences et chargée d’études chez Cog’X. Reste que les générations plus âgées étaient absentes, délégant le cours aux nouveaux venus. Alors voici une petite leçon d'économie [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles