La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 097,21
    +1,22 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 178,01
    +4,03 (+0,10 %)
     
  • Dow Jones

    33 978,08
    +28,67 (+0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0874
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 927,60
    -2,40 (-0,12 %)
     
  • BTC-EUR

    21 165,11
    -282,62 (-1,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,66
    +9,65 (+1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,38
    -1,63 (-2,01 %)
     
  • DAX

    15 150,03
    +17,18 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 765,15
    +4,04 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 621,71
    +109,30 (+0,95 %)
     
  • S&P 500

    4 070,56
    +10,13 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 382,56
    +19,81 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 688,90
    +122,12 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2395
    -0,0012 (-0,10 %)
     

Quelles ont été les plus fortes hausses et baisses en 2022 à la Bourse de Paris?

AFP - Eric PIERMONT

Si le CAC 40 finit l'année dans le rouge (-8,4%), certaines valeurs ont perdu bien plus (jusqu'à -90%) tandis qu'une poignée a progressé (jusqu'à près de 60%).

En 2022, le CAC 40, c’est-à-dire "la Bourse" aux yeux du grand public, a perdu 8,4%. Une performance qui semble évidemment bien décevante après la hausse de 29% en 2021. Mais derrière cette performance globale, certaines entreprises et certains secteurs ont beaucoup plus chuté quand d’autres ont au contraire fait mieux que l’indice français et ont même progressé. L’occasion de faire le bilan des tops et des flops de l’année parmi les valeurs françaises.

Car, oui, il y a tout de même eu des gagnants l’an dernier: moins d’une dizaine au sein du CAC 40, et une trentaine dans le SBF 120. En tête de l’indice phare de la Bourse de Paris, on trouve ainsi le groupe de technologie pour la défense et l'aérospatiale Thales, dont le cours s’est envolé de près de 60% à cause de la guerre en Ukraine. "Mais cette hausse n’a pas été linéaire, elle s’est concentrée entre le 24 février, date du début de la guerre, et début avril", précise Franklin Pichard, directeur général de Kiplink Finance. Les groupes Safran, et au sein du SBF 120, Dassault Aviation figurent eux aussi sur le podium des hausses pour les mêmes raisons. De son côté, TotalEnergies a fortement progressé aussi (+33%) mais avec une forte volatilité. "Cette année, les marchés ont aussi été sanctionnés par des phénomènes exogènes: la guerre en Ukraine, la remontée des taux d’intérêt par les banques centrales…", ajoute Franklin Pichard.

Du coté des baisses, c’est évidemment Orpea qui est la lanterne rouge du SBF 120, avec une chute de plus de 90% déclenchée par la publication du livre "Les Fossoyeurs", suivi du spécialiste des interventions technologiques (fibre, compteurs électriques...) Solutions 30 et le fleuron technologique Atos qui ont perdu les trois quarts de leur valeur. Du coté des grandes valeurs, les 3 "stars" Teleperformance, Eurofins Scientific et Dassault Systèmes ont perdu entre 36 et 43% l’an dernier mais après de formidables parcours boursiers précédemment. Les analystes trouvaient leurs valorisations tro[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi